Tag-Archive for » Rocles «

Ardèche ( 07 )

Le département des Ardèche (07) situé dans la région Rhône-Alpes, compte 315 595 habitants en 2009.

Pour vous déplacer plus rapidement sur la page, cliquez sur un des liens ci-dessous :

ligne

La région du département :

 

rhône alpes

ligne

Son blason et Logo :

 

blason

logo

 

ligne

 

Le département :

 

ligne

 

L’ Histoire du département :

 

Parmi les anciennes peuplades celtiques, celle des Helvii, ou Helviens, n’était ni la moins puissante ni la moins renommée. Au temps des Tarquins, ils portèrent, sous la conduite de Brennus, la terreur jusque dans Rome et finirent par s’en emparer. Plus tard, ils prirent part aux guerres des Allobroges et des Arvernes contre les Romains. On voyait encore au XIXe siècle à Désaignes les ruines d’un temple de Diane, qui paraît être un des deux temples élevés par Quintus Fabius Maximus en souvenir de sa victoire sur Bituitus, chef des Arvernes.

image 1Cependant les Helviens ne furent assujettis à aucun tribut. Protégés par le Rhône et leurs montagnes, ils occupaient le territoire dont le département de l’Ardèche a été formé. Ils avaient pour cité Alba, aujourd’hui Aps ; mais, s’ils échappèrent au joug romain, ils ne surent pas se préserver des pièges de cette politique habile et prévoyante qui préludait à la conquête par des alliances, et, quand César parut dans les Gaules, il trouva dans les Helviens des auxiliaires.

C’est ainsi qu’ils s’unirent au conquérant marchant contre Vercingétorix. Ce fut à travers leur pays que le général romain conduisit son armée jusqu’aux frontières des Arvernes. Rome, pour prix de leur fidélité, leur accorda le droit latin. Compris sous Auguste dans la Gaule Narbonnaise, régis par des chefs qu’ils élisaient eux-mêmes, ils conservèrent leurs libertés et leurs lois. Alba, leur cité, joignit à son nom celui d’Augusta et devint une colonie florissante. Il y avait un temple de Jupiter et un collège de flamines. Une double vole romaine reliait l’Helvie au pays des Arvernes et à celui des Vellaviens. On en peut suivre encore les traces ; elle est comme dans le Vivarais sous le nom de chemin de César, la tradition voulant que ce soit par là que César ait passé pour pénétrer dans l’Arvernie.

Vers l’an 200, saint Janvier vint prêcher l’Évangile dans l’Helvie ; il y fonda l’église d’Alba Augusta ; mais cette ville ayant été plus tard détruite par les Vandales, Viviers devint le siège épiscopal et la capitale de l’Helvie, qui ne tarda pas à prendre le nom de Vivarais (Vivariensis pagus).

Après la conquête des Gaules par les Francs et les Burgondes, ce pays fit partie du royaume de Bourgogne ; mais il en fut détaché, en 924, pour passer le bas Vivarais, aux comtes de Toulouse, et le haut Vivarais aux comtes de Viennois et de Valentinois, Dans la -suite, à la faveur des guerres féodales, les évêques de Viviers, déjà riches et puissants, cherchèrent à s’en emparer. C’était le temps où, sous prétexte d’hérésie, l’Église déposait les princes et confisquait leurs biens à son profit. Raymond VI, comte de Toulouse, venait d’être excommunié et dépossédé par le pape Innocent III comme fauteur de l’hérésie albigeoise, et, dans le partage qui fut fait de ses États, l’évêque de Viviers, alors Bernon de Brabant, ne s’oublia point ; il s’adjugea par provision le pays de Largentière et les riches mines qui en dépendaient.

A la mort de Raymond VI, son fils et successeur Raymond VII essaya, mais en vain, de faire rentrer Largentière sous ses lois ; la spoliation était consommée (1215). Cependant, quoique souverain de fait du Vivarais, l’évêque de Viviers reconnaissait la suzeraineté des rois d’Arles et de la Bourgogne transjurane et des empereurs qui leur succédèrent. Prélat et prince de l’empire, il avait de grands privilèges ; mais les rois de France, jaloux d’étendre leur domination, travaillèrent à rendre ce pays dépendant de leur couronne. Philippe le Hardi, en 1271, réunit à son domaine le bas Vivarais. Philippe le Bel, en 1308, et plus tard Charles V achevèrent l’œuvre de leur prédécesseur, et tout le pays rentra sous l’administration d’un bailli royal du Vivarais et du Valentinois. A la vérité, les évêques de Viviers conservèrent le titre de comtes et de seigneurs de Viviers et de Largentière ; mais, au lieu de princes de l’empire, ils durent se résigner à n’être plus que princes de Donzère, un humble bourg qu’ils possédaient de l’autre côté du Rhône, dans le bas Dauphiné.

Cependant, à travers ses vicissitudes, le Vivarais avait su rester indépendant. Cet amour de la liberté, qui avait caractérisé leurs ancêtres et que Rome elle-même respecta, image 2les montagnards helviens n’en avaient rien perdu durant les longues agitations qui suivirent la conquête, et le même esprit qui leur rit, sous les Romains, conserver leurs coutumes les porta sous le pouvoir royal à s’associer pour défendre leurs franchises.

De là l’origine des états particuliers du Vivarais, origine antérieure à l’établissement des états généraux du Languedoc. Deux ordres seulement les composaient, la noblesse et le tiers. L’évêque de Viviers y avait entrée comme baron, non en sa qualité d’évêque. Deux barons diocésains, ceux de Pradelles et de Lagorce, et les douze barons du Vivarais, ceux de Crussol, de Montlaur, de Lavoulte, de Tournon, de Largentière, de Boulogne, de Joyeuse, de Glialençon et La Tourrette, de Saint-Remèze, d’Annonay, d’Aubenas et de Vogué, y représentaient l’ordre de la noblesse ; treize consuls ou députés des villes et communautés composaient le tiers état. Les barons siégeaient alternativement et par tour aux états généraux du Languedoc ; mais ils n’assistaient pas toujours en personne aux états du Vivarais ; chacun d’eux y était représenté par un bailli.

Aucune preuve de noblesse n’était exigée ni pour les baillis ni pour les représentants. Ces états étaient présidés par le baron qui avait assisté dans l’année aux états généraux du Languedoc. Il n’y avait rien de fixe pour le lieu où devaient siéger les états ; le baron président ou son bailli subrogé les convoquait où bon lui semblait, et même dans sa propre maison. Comme seigneur de Viviers, l’évêque envoyait son bailli aux états. Celui-ci, qui était ordinairement un des vicaires généraux, y prenait rang et séance avant les baillis des barons. Le sénéchal du Vivarais ou son lieutenant et le premier consul de Viviers avaient entrée aux états en qualité de commissaires ordinaires. Telle était l’organisation des états du Vivarais, les seuls du royaume où l’ordre du clergé n’avait point de représentants.

A quelle époque eut lieu l’union de ces états à ceux du Languedoc ? C’est ce que rien ne nous apprend. Sans doute, le besoin de concerter des mesures générales pour arrêter les incursions des Anglais ou pour apaiser les troubles qui agitaient le pays dut contribuer à cette union, qui, d’abord accidentelle et dépendante de circonstances majeures, ne finit par s’opérer régulièrement que lorsque Charles VIII eut donné aux états généraux la forme stable qu’ils n’avaient pas avant son règne.

Après la bataille de Brignais (1361), si fatale aux maisons de Bourbon et du Forez, les tard-venus se ruèrent sur le Vivarais et le mirent à contribution. Ces bandits faisaient profession de tout piller et saccager dans les endroits où ils arrivaient, de violer femmes, filles et religieuses et de rançonner toutes sortes d’hommes, nobles et paysans. Ils n’étaient d’aucune religion ; mais ils assistaient les hérétiques pour avoir sujet de voler les clercs, les prêtres et les églises.

image 3Plus tard, sous Charles VII, les routiers reparurent dans le Vivarais. Rodrigo de Villandras, un de leurs chefs, noble aragonais que Jean Ier, duc de Bourbon, avait jugé digne de devenir l’époux de l’une de ses bâtardes, s’était adjugé par droit de conquête, outre le Velay et le Gévaudan, le Vivarais et avait fait d’Annonay sa capitale et sa place d’armes. Heureusement, il n’y séjourna pas longtemps, et, le 24 mai 1430, le Vivarais vit s’éloigner pour toujours ces bandes de pillards.

A ces temps orageux succéda pour les habitants du Vivarais un siècle de tranquillité ; mais ils devaient l’expier chèrement. Naturellement portés à tendre la main à tout ce qui est proscrit ou qui leur rappelle leur antique liberté, ces fiers montagnards avaient pris parti pour les Albigeois. Après la sanglante expédition de Montfort, ils en sauvèrent plus d’un de la fureur des catholiques. Comment le cri du moine saxon n’eût-il pas eu de l’écho dans ce pays ? C’est en 1528 que la Réforme y fut prêchée pour la première fois à Annonay, d’où elle ne tarda pas à se répandre dans les autres villes du Vivarais. Désaignes, Privas, Le Pouzin, Andance, Le Cheylard, Viviers, Saint-Agrève, Vallon se prononcèrent pour la nouvelle doctrine. Partout les religionnaires, rappelant le zèle des premiers chrétiens contre les idoles, se jetaient sur les couvents ou sur les églises, renversant les croix et les autels, brisant les images et foulant aux pieds les vases sacrés. Ces excès en appelèrent d’autres, et les catholiques usèrent de représailles.

Alors commença, en 1560, cette guerre qui pendant cinquante-huit ans ensanglanta le Vivarais. Saint-Chamond, le terrible chef catholique, était seigneur d’Andance. Ses vassaux, las de ses vexations et de ses tyrannies, secouèrent le joug et se livrèrent aux protestants. Aussitôt Saint-Chamond, qui guerroyait dans le Forez, accourt et assiège la ville. Trop faibles pour résister, les habitants se rendent ; mais, pour les punir de leur félonie, Saint-Chamond les chasse de leur ville et les condamne à ne jamais plus yimage 5 rentrer. Cela fait, il marche contre Annonay, s’en empare et y met tout à feu et à sang.

Tels furent les excès des catholiques dans ce pays, qu’au XVIIe siècle ils n’y avaient déjà plus l’avantage du nombre. Partout les protestants y dominaient. Privas, Le Pouzin et la plupart des autres villes résistaient encore. Chargé de faire rentrer le Vivarais dans le devoir, le due de Montmorency vint mettre le siège devant cette dernière ville (1628). Après une vive résistance, elle se soumit ; mais ses murs et son château furent rasés. Déjà Le Cheylard avait subi le même sort. Saint-Agrève n’était plus qu’un monceau de cendres. Annonay, deux fois pillée et saccagée, respirait à peine. Bientôt Privas assiégé par Louis XIII devint aussi la proie des flammes. Ses habitants furent dispersés, et pendant longtemps la main royale s’appesantit sur cette ville comme sur un lieu maudit.

Après la révocation de l’édit de Nantes, l’insurrection des camisards dans les Cévennes agita le haut Vivarais ; mais on y envoya des garnisaires pour empêcher le mouvement de se propager. C’est ainsi que ce malheureux pays, à peine remis de ses désastres pendant les guerres du XVIe siècle, eut encore à subir les dragonnades. Depuis la Révolution de 1789, nous n’avons plus rien à signaler d’important dans l’histoire du département de l’Ardèche ; ses laborieux habitants se sont appliqués à vaincre la nature de leur sol souvent ingrat, et ils ont trouvé dans l’agriculture, dans l’industrie et le commerce, une prospérité croissante et méritée.

( source : http://www.france-pittoresque.com/)

ligne

 

Liste des Communes de l’ Ardèche :

 

Le département de l ‘ Ardèche compte 339 communes repartis en population de la manière suivante ( si la commune à un site web, cliquer sur le panneau de celle-ci ):

  • Accons : 429  Habitants, code postal :  07160
  • Ailhon : 485   Habitants, code postal :  07200
  • Aizac : 157   Habitants, code postal :  07530
  • Ajoux : 94   Habitants, code postal :  07000
  • Alba-la-Romaine : 1 415   Habitants, code postal :  07400
  • Albon-d’Ardèche : 157   Habitants, code postal :  07190
  • Alboussière : 925   Habitants, code postal :  07440
  • Alissas : 1 324   Habitants, code postal :  07210
  • Andance : 1 126   Habitants, code postal :  07340
  • Annonay : 16 923   Habitants, code postal :  07100
  • Antraigues-sur-Volane : 560   Habitants, code postal :  07530
  • Arcens : 416   Habitants, code postal :  07310
  • Ardoix : 1 050   Habitants, code postal :  07290
  • Arlebosc : 354   Habitants, code postal :  07410
  • Arras-sur-Rhône : 525   Habitants, code postal :  07370
  • Asperjoc : 367   Habitants, code postal :  07600
  • Les Assions : 646   Habitants, code postal :  07140
  • Astet : 43  Habitants, code postal :  07330
  • Aubenas : 11 365   Habitants, code postal :  07200
  • Aubignas : 405   Habitants, code postal :  07400
  • Baix : 1 061   Habitants, code postal :  07210
  • Balazuc : 336   Habitants, code postal :  07120
  • Banne : 672   Habitants, code postal :  07460
  • Barnas : 224   Habitants, code postal :  07330
  • Le Béage : 318   Habitants, code postal :  07630
  • Beauchastel : 1 647   Habitants, code postal :  07800
  • Beaulieu : 446   Habitants, code postal :  07460
  • Beaumont : 212   Habitants, code postal :  07110
  • Beauvène : 233   Habitants, code postal :  07190
  • Berrias-et-Casteljau : 643   Habitants, code postal :  07460
  • Berzème : 152   Habitants, code postal :  07580
  • Bessas : 207   Habitants, code postal :  07150
  • Bidon : 176   Habitants, code postal :  07700
  • Boffres : 619   Habitants, code postal :  07440
  • Bogy : 344   Habitants, code postal :  07340
  • Borée : 168   Habitants, code postal :  07310
  • Borne : 40   Habitants, code postal :  07590
  • Boucieu-le-Roi : 279   Habitants, code postal :  07270
  • Boulieu-lès-Annonay : 2 102   Habitants, code postal :  07100
  • Bourg-Saint-Andéol : 7 293   Habitants, code postal :  07700
  • Bozas : 245   Habitants, code postal :  07410
  • Brossainc : 202   Habitants, code postal :  07340
  • Burzet : 453   Habitants, code postal :  07450
  • Cellier-du-Luc : 109   Habitants, code postal :  07590
  • Chalencon : 318   Habitants, code postal :  07240
  • Le Chambon : 56   Habitants, code postal :  07160
  • Chambonas : 627   Habitants, code postal :  07140
  • Champagne : 599   Habitants, code postal :  07340
  • Champis : 582   Habitants, code postal :  07440
  • Chandolas : 456   Habitants, code postal :  07230
  • Chanéac : 262   Habitants, code postal :  07310
  • Charmes-sur-Rhône : 2 411   Habitants, code postal :  07800
  • Charnas : 747   Habitants, code postal :  07340
  • Chassiers : 1 008   Habitants, code postal :  07110
  • Châteaubourg : 214   Habitants, code postal :  07130
  • Châteauneuf-de-Vernoux : 190   Habitants, code postal :  07240
  • Chauzon : 341   Habitants, code postal :  07120
  • Chazeaux : 107   Habitants, code postal :  07110
  • Cheminas : 271   Habitants, code postal :  07300
  • Le Cheylard : 3 289   Habitants, code postal :  07160
  • Chirols : 259   Habitants, code postal :  07380
  • Chomérac : 2 809   Habitants, code postal :  07210
  • Colombier-le-Cardinal : 269   Habitants, code postal :  07430
  • Colombier-le-Jeune : 556   Habitants, code postal :  07270
  • Colombier-le-Vieux : 641   Habitants, code postal :  07410
  • Cornas : 2 256   Habitants, code postal :  07130
  • Coucouron : 833   Habitants, code postal :  07470
  • Coux : 1 662   Habitants, code postal :  07000
  • Le Crestet : 538   Habitants, code postal :  07270
  • Creysseilles : 127   Habitants, code postal :  07000
  • Cros-de-Géorand : 175   Habitants, code postal :  0750 et 07630
  • Cruas : 2 669   Habitants, code postal :  07350
  • Darbres : 252   Habitants, code postal :  07170
  • Davézieux : 2 891   Habitants, code postal :  07430
  • Désaignes : 1 182   Habitants, code postal :  07570
  • Devesset : 287   Habitants, code postal :  07320
  • Dompnac : 88   Habitants, code postal :  07260
  • Dornas : 283   Habitants, code postal :  07160
  • Dunière-sur-Eyrieux : 404   Habitants, code postal :  07360
  • Eclassan : 864   Habitants, code postal :  07370
  • Empurany : 543   Habitants, code postal :  07270
  • Etables : 765   Habitants, code postal :  07300
  • Fabras : 371   Habitants, code postal :  07380
  • Faugères : 89   Habitants, code postal :  07230
  • Félines : 1 478   Habitants, code postal :  07340
  • Flaviac : 1 105   Habitants, code postal :  07000
  • Fons : 305   Habitants, code postal :  07200
  • Freyssenet : 53   Habitants, code postal :  07000
  • Genestelle : 273   Habitants, code postal :  07530
  • Gilhac-et-Bruzac : 147   Habitants, code postal :  07800
  • Gilhoc-sur-Ormèze : 366   Habitants, code postal :  07270
  • Gluiras : 393   Habitants, code postal :  07190
  • Glun : 650   Habitants, code postal :  07300
  • Gourdon : 89   Habitants, code postal :  07000
  • Gras : 494   Habitants, code postal :  07700
  • Gravières : 350   Habitants, code postal :  07140
  • Grospierres : 861   Habitants, code postal :  07120
  • Guilherand-Granges : 10 893   Habitants, code postal :  07500
  • Intres : 116   Habitants, code postal :  07310 – 07320
  • Issamoulenc : 107   Habitants, code postal :  07190
  • Issanlas : 123   Habitants, code postal :  07510 – 07660
  • Issarlès : 165   Habitants, code postal :  07470
  • Jaujac : 1 212   Habitants, code postal :  07380
  • Jaunac : 143   Habitants, code postal :  07160
  • Joannas : 342   Habitants, code postal :  07110
  • Joyeuse : 1 640   Habitants, code postal :  07260
  • Juvinas : 165   Habitants, code postal :  07600
  • Labastide-de-Virac : 218   Habitants, code postal :  07150
  • Lasbastide-sur-Besorgues : 232   Habitants, code postal :  07600
  • Labatie-d’Andaure : 197   Habitants, code postal :  07570
  • Labeaume : 607   Habitants, code postal :  07120
  • Labégude : 1 366   Habitants, code postal :  07200
  • Lablachère : 1 815   Habitants, code postal :  07230
  • Laboule : 141   Habitants, code postal :  07110
  • le Lac-d’Issarlès : 270   Habitants, code postal :  07470
  • Lachamp-Raphaël : 86   Habitants, code postal :  07530
  • Lachapelle-Graillousse : 245   Habitants, code postal :  07470
  • Lachapelle-sous-Aubenas : 1 430   Habitants, code postal :  07200
  • Lachapelle-sous-Chanéac : 204   Habitants, code postal :  07310
  • Lafarre : 42   Habitants, code postal :  07520
  • Lagorce : 977   Habitants, code postal :  07150
  • Lalevade-d’Ardèche : 1 156   Habitants, code postal :  07380
  • Lalouvesc : 489   Habitants, code postal :  07520
  • Lamastre : 2 501   Habitants, code postal :  07270
  • Lanarce : 167   Habitants, code postal :  07660
  • Lanas : 381   Habitants, code postal :  07200
  • Largentière : 1 814   Habitants, code postal :  07110
  • Larnas : 97   Habitants, code postal :  07220
  • Laurac-en-Vivarais : 887   Habitants, code postal :  07110
  • Laval-d’Aurelle : 61   Habitants, code postal :  07590
  • Laveyrune : 133   Habitants, code postal :  07130
  • Lavillatte : 77   Habitants, code postal :  07660
  • Lavilledieu : 1 799   Habitants, code postal :  07170
  • Laviolle : 122   Habitants, code postal :  07530
  • Lemps : 740   Habitants, code postal :  07300 – 07610
  • Lentillères : 220   Habitants, code postal :  07200
  • Lespéron : 328   Habitants, code postal :  07660
  • Limony : 736   Habitants, code postal :  07340
  • Loubaresse : 32   Habitants, code postal :  07110
  • Lussas : 988   Habitants, code postal :  07170
  • Lyas : 568   Habitants, code postal :  07000
  • Malarce-sur-la-Thines : 231   Habitants, code postal :  07140
  • Malbosc : 152   Habitants, code postal :  07140
  • Marcols-les-Eaux : 334   Habitants, code postal :  07190
  • Mariac : 692   Habitants, code postal :  07160
  • Mars : 279   Habitants, code postal :  07320
  • Mauves : 1 151   Habitants, code postal :  07300
  • Mayres : 267   Habitants, code postal :  07330
  • Mazan-l’Abbaye : 137   Habitants, code postal :  07510
  • Mercuer : 1 186   Habitants, code postal :  07200
  • Meyras : 842   Habitants, code postal :  07380
  • Meysse : 1 333   Habitants, code postal :  07400
  • Mézilhac : 102   Habitants, code postal :  07530
  • Mirabel : 402   Habitants, code postal :  07170
  • Monestier : 55   Habitants, code postal :  07690
  • Montpezat-sous-Bauzon : 799   Habitants, code postal :  07560
  • Montréal : 529   Habitants, code postal :  07110
  • Montselgues : 92   Habitants, code postal :  07140
  • Nonières : 206   Habitants, code postal :  07160
  • Nozières : 254   Habitants, code postal :  07270
  • Les Ollières-sur-Eyrieux : 883   Habitants, code postal :  07360
  • Orgnac-l’Aven : 536   Habitants, code postal :  07150
  • Ozon : 314   Habitants, code postal :  07370
  • Pailharès : 289   Habitants, code postal :  07410
  • Payzac : 489   Habitants, code postal :  07230
  • Peaugres : 1 978   Habitants, code postal :  07340
  • Péreyres : 52   Habitants, code postal :  07450
  • Peyraud : 451   Habitants, code postal :  07340
  • Le Plagnal : 72   Habitants, code postal :  07590
  • Planzolles : 136   Habitants, code postal :  07230
  • Plats : 733   Habitants, code postal :  07300
  • Pont-de-Labeaume : 573   Habitants, code postal :  07380
  • Pourchères : 132   Habitants, code postal :  07000
  • Le Pouzin : 2 853   Habitants, code postal :  07250
  • Prades : 1 130   Habitants, code postal :  07380
  • Pradons : 401   Habitants, code postal :  07120
  • Pranles : 439   Habitants, code postal :  07000
  • Préaux : 514   Habitants, code postal :  07290
  • Privas : 8 461   Habitants, code postal :  07000
  • Prunet : 136   Habitants, code postal :  07110
  • Quintenas : 1 389   Habitants, code postal :  07290
  • Ribes : 259   Habitants, code postal :  07260
  • Rochecolombe : 217   Habitants, code postal :  07200
  • Rochemaure : 1 991   Habitants, code postal :  07400
  • Rochepaule : 296   Habitants, code postal :  07320
  • Rocher : 227   Habitants, code postal :  07110
  • Rochessauve : 392   Habitants, code postal :  07210
  • La Rochette : 60   Habitants, code postal :  07310
  • Rocles : 235   Habitants, code postal :  07110
  • Roiffieux : 2 723   Habitants, code postal :  07100
  • Rompon : 959   Habitants, code postal :  07250 – 07800
  • Rosières : 1 097   Habitants, code postal :  07260
  • Le roux : 41   Habitants, code postal :  07560
  • Ruoms : 2 249   Habitants, code postal :  07120
  • Sablières : 144   Habitants, code postal :  07260
  • Sagnes-et-Goudoulet : 132   Habitants, code postal :  07450
  • Saint-Agrève : 2 522   Habitants, code postal :  07320
  • Saint-Alban-Auriolles : 871   Habitants, code postal :  07120
  • Saint-Alban-d’Ay : 1 265   Habitants, code postal :  07790
  • Saint-Alban-en-Montagne : 73   Habitants, code postal :  07590
  • Saint-Andéol-de-Berg : 129   Habitants, code postal :  07170
  • Saint-Andéol-de-Fourchades : 57   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Andéol-de-Vals : 545   Habitants, code postal :  07600
  • Saint-André-de-Cruzières : 507   Habitants, code postal :  07460
  • Saint-André-en-Vivarais : 225   Habitants, code postal :  07690
  • Saint-André-Lachamp : 127   Habitants, code postal :  07230
  • Saint-Apollinaire-de-Rias : 153   Habitants, code postal :  07240
  • Saint-Barthélemy-Grozon : 506   Habitants, code postal :  07270
  • Saint-Barthélemy-le-Meil : 213   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Barthélemy-le-Plain : 762   Habitants, code postal :  07300
  • Saint-Basile : 324   Habitants, code postal :  07270
  • Saint-Bauzile : 265   Habitants, code postal :  07210
  • Saint-Christol : 99   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Cierge-la-Serre : 225   Habitants, code postal :  07800
  • Saint-Cierge-sous-le-Cheylard : 211   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Cirgues-de-Prades : 129   Habitants, code postal :  07380
  • Saint-Cirgues-en-Montagne : 249   Habitants, code postal :  07510
  • Saint-Clair : 918   Habitants, code postal :  07430
  • Saint-Clément : 104   Habitants, code postal :  07310
  • Saint-Cyr : 1 262   Habitants, code postal :  07430
  • Saint-Désirat : 707   Habitants, code postal :  07340
  • Saint-Didier-sous-Aubenas : 773   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Eulalie : 230   Habitants, code postal :  07510
  • Sainte-Marguerite-Lafigère : 80   Habitants, code postal :  07140
  • Saint-Etienne-de-Boulogne : 342   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Etienne-de-Fontbellon : 2 515   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Etienne-de-Lugdarès : 466   Habitants, code postal :  07590
  • Saint-Etienne-de-Serre : 209   Habitants, code postal :  07190
  • Saint-Etienne-de-Valoux : 200   Habitants, code postal :  07340
  • Saint-Félicien : 1 207   Habitants, code postal :  07410
  • Saint-Fortunat-sur-Eyrieux : 726   Habitants, code postal :  07360
  • Saint-Genest-de-Beauzon : 245   Habitants, code postal :  07230
  • Saint-Genest-Lachamp : 101   Habitants, code postal :  07160 – 07190
  • Saint-Georges-les-Bains : 2 008   Habitants, code postal :  07800
  • Saint-Germain : 619   Habitants, code postal :  07170
  • Saint-Gineis-en-Coiron : 97   Habitants, code postal :  07580
  • Saint-Jacques-d’Atticieux : 224   Habitants, code postal :  07340
  • Saint-Jean-Chambre : 252   Habitants, code postal :  07240
  • Saint-Jean-de-Muzols : 2 446   Habitants, code postal :  07300
  • Saint-Jean-le-Centenier : 643   Habitants, code postal :  07580
  • Saint-Jean-Roure : 263   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Jeure-d’Andaure : 92   Habitants, code postal :  07320
  • Saint-Jeure-d’Ay : 430   Habitants, code postal :  07290
  • Saint-Joseph-des-Bancs : 186   Habitants, code postal :  07530
  • Saint-Julien-Boutières : 214   Habitants, code postal :  07310
  • Saint-Julien-du-Gua : 185   Habitants, code postal :  07190
  • Saint-Julien-du-Serre : 830   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Julien-en-Saint-Alban : 1 278   Habitants, code postal :  07000
  • Saint-Julien-Labrousse : 336   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Julien-le-Roux : 91   Habitants, code postal :  07240
  • Saint-Julien-Vocance : 241   Habitants, code postal :  07690
  • Saint-Just-d’Ardèche : 1 535   Habitants, code postal :  07700
  • Saint-Lager-Bressac : 850   Habitants, code postal :  07210
  • Saint-Laurent-du-Pape : 1 527   Habitants, code postal :  07800
  • Saint-Laurent-les-Bains : 156   Habitants, code postal :  07590
  • Saint-Laurent-sous-Coiron : 127   Habitants, code postal :  07170
  • Saint-Marcel-d’Ardèche : 2 401   Habitants, code postal :  07700
  • Saint-Marcel-lès-Annonay : 1 309   Habitants, code postal :  07100
  • Saint-Martial : 265   Habitants, code postal :  07310
  • Saint-Martin-d’Ardèche : 830   Habitants, code postal :  07700
  • Saint-Martin-de-Valamas : 1 281   Habitants, code postal :  07310
  • Saint-Martin-sur-Lavezon : 440   Habitants, code postal :  07400
  • Saint-Maurice-d’Ardèche : 293   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Maurice-d’Ibie : 201   Habitants, code postal :  07170
  • Saint-Maurice-en-Chalencon : 190   Habitants, code postal :  07190
  • Saint-Mélany : 128   Habitants, code postal :  07260
  • Saint-Michel-d’Aurance : 240   Habitants, code postal :  07160
  • Saint-Michel-de-Boulogne : 149   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Michel-de-Chabrillanoux : 359   Habitants, code postal :  07360
  • Saint-Montan : 1 721   Habitants, code postal :  07220
  • Saint-Paul-le-Jeune : 865   Habitants, code postal :  07460
  • Saint-Péray : 7 281   Habitants, code postal :  07130
  • Saint-Pierre-de-Colombier : 400   Habitants, code postal :  07450
  • Saint-Pierre-la-Roche : 52   Habitants, code postal :  07400
  • Saint-Pierre-Saint-Jean : 149   Habitants, code postal :  07140
  • Saint-Pierre-sur-Doux : 101   Habitants, code postal :  07520
  • Saint-Pierreville : 531   Habitants, code postal :  07190
  • Saint-Pons : 262   Habitants, code postal :  07580
  • Saint-Priest : 1 253   Habitants, code postal :  07000
  • Saint-Privat : 1 588   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Prix : 254   Habitants, code postal :  07270
  • Saint-Remèze : 845   Habitants, code postal :  07700
  • Saint-Romain-d’Ay : 959   Habitants, code postal :  07290
  • Saint-Romain-de-Lerps : 689   Habitants, code postal :  07130
  • Saint-Sauveur-de-Cruzières : 542   Habitants, code postal :  07460
  • Saint-Sauveur-de-Montagut : 1 149   Habitants, code postal :  07190
  • Saint-Sernin : 1 453   Habitants, code postal :  07200
  • Saint-Sylvestre : 461   Habitants, code postal :  07440
  • Saint-Symphorien-de-Mahun : 131   Habitants, code postal :  07290
  • Saint-Symphorien-sous-Chomérac : 710   Habitants, code postal :  07210
  • Saint-Thomé : 383   Habitants, code postal :  07220
  • Saint-Victor : 932   Habitants, code postal :  07410
  • Saint-Vincent-de-Barrès : 605   Habitants, code postal :  07210
  • Saint-Vincent-de-Durfort : 233   Habitants, code postal :  07360
  • Salavas : 534   Habitants, code postal :  07150
  • Les Salelles : 307   Habitants, code postal :  07140
  • Sampzon : 209   Habitants, code postal :  07120
  • Sanilhac : 393   Habitants, code postal :  07110
  • Sarras : 2 093   Habitants, code postal :  07370
  • Satillieu : 1 611   Habitants, code postal :  07290
  • Savas : 799   Habitants, code postal :  07430
  • Sceautres : 141   Habitants, code postal :  07400
  • Sécheras : 308   Habitants, code postal :  07610
  • Serrières : 1 176   Habitants, code postal :  07340
  • Silhac : 345   Habitants, code postal :  07240
  • La Souche : 343   Habitants, code postal :  07380
  • Soyons : 1 947   Habitants, code postal :  07130
  • Talencieux : 922   Habitants, code postal :  07340
  • Tauriers : 179   Habitants, code postal :  07110
  • Le Teil : 7 986   Habitants, code postal :  07400
  • Thorrenc : 232   Habitants, code postal :  07340
  • Thueyts : 1 192   Habitants, code postal :  07330
  • Toulaud : 1 675   Habitants, code postal :  07130
  • Tournon-sur-Rhône : 10 674   Habitants, code postal :  07300
  • Ucel : 1 929   Habitants, code postal :  07200
  • Usclades-et-Rieutord : 122   Habitants, code postal :  07510
  • Uzer : 419   Habitants, code postal :  07110
  • Vagnas : 521   Habitants, code postal :  07150
  • Valgorge : 470   Habitants, code postal :  07110
  • Vallon-Pont-d’Arc : 2 337   Habitants, code postal :  07150
  • Vals-les-Bains : 3 769   Habitants, code postal :  07600
  • Valvignères : 421   Habitants, code postal :  07400
  • Vanosc : 767   Habitants, code postal :  07690
  • Les Vans : 2 805   Habitants, code postal :  07140
  • Vaudevant : 206   Habitants, code postal :  07410
  • Vernon : 220   Habitants, code postal :  07260
  • Vernosc-lès-Annonay : 2 199   Habitants, code postal :  07430
  • Vernoux-en-Vivarais : 1 899   Habitants, code postal :  07240
  • Vesseaux : 1 592   Habitants, code postal :  07200
  • Veyras : 1 557   Habitants, code postal :  07000
  • Villeneuve-de-Berg : 2 835   Habitants, code postal :  07170
  • Villevocance : 1 195   Habitants, code postal :  07690
  • Vinezac : 1 214   Habitants, code postal :  07110
  • Vinzieux : 368   Habitants, code postal :  07340
  • Vion : 862   Habitants, code postal :  07610
  • Viviers : 3 864   Habitants, code postal :  07220
  • Vocance : 620   Habitants, code postal :  07690
  • Vogüé : 906   Habitants, code postal :  07200
  • La-Voulte-sur-Rhône : 5 041   Habitants, code postal :  07800
Category: Non classé  Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,  Comments off

l’Allier (03)

Le département de l’ Allier (03) situé dans la région Picardie compte343 046 habitants en 2009.

Pour vous déplacer plus rapidement sur la page, cliquez sur un des liens ci-dessous :

La région du Département :

 

 

 

Son blason et Logo :

 

 

 

 

Le département :

 

 

 

Histoire du Département :

Le département de l’Allier est formé de la presque totalité de l’ancien Bourbonnais. Le territoire de cette province était primitivement occupé par les Éduens, les Arvernes et les Bituriges. Sur la demande des Éduens, alliés de César, celui-ci y établit, sous leur protection, une partie des Boïens, qui, sortis de la Germanie, avaient, en envahissant la Gaule avec les Helvètes, fourni au conquérant un prétexte pour se mêler des affaires du pays, et qui, domptés par lui, avaient mérité par leur courage l’estime du vainqueur. Cette colonie s’établit entre la Loire et l’Allier, entre le pays des Éduens et celui des Arvernes, et fonda une ville appelée Gergovia Boïorum.

La cité nouvelle devint en quelques années assez importante. Lors de la grande insurrection gauloise contre César, elle assista à une lutte acharnée et sanglante entre Vercingétorix et les Romains. Sous la domination impériale, le pays appartint moitié à la première Aquitaine, moitié à la première Lyonnaise. Dernier témoin des efforts de la nationalité gauloise contre César, il garda longtemps un esprit d’indépendance qui se manifesta par de fréquentes insurrections. La révolte du Boïen Maricus sous Vitellius, celle des Bagaudes au IIIe siècle de notre ère appelèrent sur cette malheureuse contrée de nouveaux désastres. À l’époque des invasions barbares, elle fit partie de l’empire des Wisigoths et ne fut soumise aux Francs qu’en 759, sous Pépin le Bref.

Le Bourbonnais étant le berceau de la maison royale de Bourbon, la flatterie n’a pas manqué d’assigner une antique origine à la famille qui y dominait, celle des sires de Bourbon. Les uns la font remonter jusqu’à Clovis, d’autres seulement jusqu’à Charlemagne ; mais l’histoire ne trouve rien d’authentique sur cette maison avant le règne de Charles le Simple. En 913, ce prince donne à Aymar ou Adhémar quelques fiefs sur les bords de l’Allier ; les successeurs prennent presque tous le nom d’Archambault, qui resta attaché à la ville de Bourbon l’Archambault. Leur histoire est celle de presque tous les seigneurs contemporains. En guerre avec leurs voisins, ils s’abandonnent à toutes les violences du temps, se faisant absoudre par les moines qu’ils comblent de présents ; mais comme ceux-ci étaient plus avides encore que les sires de Bourbon n’étaient généreux, ces barons tentent parfois de leur reprendre les donations arrachées à leurs prédécesseurs ou usurpées sans aucun titre ; de là des querelles perpétuelles entre le clergé et les seigneurs. L’une de ces querelles fut terminée par le pape Urbain II en faveur de la maison de Bourbon.

En 1115, sous le règne de Louis le Gros, Aymon II envahit le domaine de son neveu, orphelin et encore enfant, et usurpe le titre de baron de Bourbon. La mère de l’enfant porte plainte auprès du roi de France, qui se trouvait alors à Bourges. Celui-ci somme Aymon de comparaître devant lui ; Aymon refuse et s’enferme dans le château de Germigny. Louis le Gros vient l’assiéger, donne plusieurs assauts inutiles et convertit le siège en blocus. Forcé par la famine, Aymon est contraint de se rendre et condamné par une cour de justice à restituer à son neveu les domaines dont il s’était emparé ; mais l’enfant étant mort dans l’intervalle, l’arrêt ne fut point exécuté, et Aymon devint le légitime possesseur de la baronnie de Bourbon.

Son fils, Archambault VI, part avec Louis le Jeune pour la Palestine. Pour avoir de l’argent, il s’adresse aux moines de Souvigny, comblés de biens par ses prédécesseurs, et qui semblaient ne pouvoir refuser de contribuer à une si sainte entreprise ; ils refusent pourtant et ne lui accordent la somme demandée qu’après avoir reçu des garanties, non seulement du sire de Bourbon, mais de sa femme, Agnès de Savoie, et d’une trentaine de gentilshommes du pays.

Vers la fin du XIIe siècle, la ligne masculine de la famille de Bourbon s’éteignit ; la fille d’Archambault VII, Mahault, épouse Guy de Dampierre, seigneur de Saint-Dizier, en Champagne, et lui apporte en dot l’héritage de ses pères. Leur fils, Archambault VIII, fut un des favoris du roi Louis VIII. Il le suivit à la croisade contre les Albigeois et s’y distingua par sa bravoure et son habileté. C’est par lui que fut racontée au chroniqueur, qui nous l’a transmise une anecdote souvent citée, et qui témoigne tout à la fois et de la chasteté du roi de France et de la familiarité dont Archambault jouissait auprès du roi.

Louis VIII était tombé malade à Montpensier ; les médecins lui déclarent que son tempérament robuste et sanguin ne peut s’accommoder de la fidélité absolue qu’il garde à la reine absente. Pendant son sommeil, on introduit dans sa chambre une belle jeune fille ; le roi en se réveillant la voit, lui parle avec douceur, et après avoir fait appeler Archambault, auquel il attribuait ce piège tendu à sa chasteté, il lui ordonne de reconduire la jeune fille chez ses parents, ajoutant que mieux valait mourir que de se sauver par un péché mortel. En mourant, Louis recommanda son fils au connétable Matthieu de Montmorency et au sire de Bourbon.

Ce fils devait être saint Louis. Archambault lui fut fidèle, il combattit bravement à côté de lui à la bataille de Taillebour et y fut blessé ; il mourut quelques mois après des suites de ses blessures. Son règne avait été marqué par un agrandissement considérable de ses domaines, par des fondations pieuses et de grandes libéralités envers le clergé, et par la concession de chartes, de franchises aux communes, qui s’établissaient alors par toute la France. Son fils, Archambault IX, suivit saint Louis à sa première croisade et augmenta encore la puissance de sa famille, qui allait pourtant s’éteindre dans sa personne. Il mourat pendant la croisade dans l’île de Chypre. Il laissait deux filles, dont l’une, Agnès, héritière du Bourbonnais, épousa en secondes noces Robert d’Artois, neveu de saint Louis. Elle avait une fille de son premier mariage ; cette fille, son unique héritière, épousa un des fils de saint Louis, Robert, comte de Clermont. De ce mariage sortit la maison royale de Bourbon. Le Bourbonnais appartint depuis cette, époque à la maison royale de France.

Le premier prince de cette race, Robert, à l’âge de vingt ans, reçut dans un tournoi un coup à la tête ; on craignit longtemps pour ses jours. Il guérit, mais il resta imbécile toute sa vie ; il languit dans une perpétuelle enfance jusqu’à l’âge de cinquante neuf ans. Il mourut à Paris en 1317.

Louis Ier, son fils, gouvernait déjà depuis longtemps les domaines de son père. Il se signala dans les guerres de Flandre, et notamment à la bataille désastreuse de Courtrai, où il sauva les restes de l’armée française. Sous Charles le Bel, le Bourbonnais fut érigé en duché-pairie en faveur de Louis Ier. Ce prince, qui avait si brillamment contribué à la splendeur de sa maison et en avait augmenté les domaines du comté de la Marche et d’une partie de la Limagne d’Auvergne, mourut en 1341.

Pierre Ier, son fils, lui succéda. Blessé à la bataille de Crécy, il fut tué à celle de Poitiers en combattant bravement auprès du roi Jean Il. Il avait besoin de cette mort glorieuse pour effacer le souvenir des intrigues auxquelles il s’était livré avec Charles le Mauvais, roi de Navarre, le mauvais génie de la France à cette époque. Son frère, Jacques, qui avait obtenu l’épée de connétable, fut blessé et pris à la bataille de Poitiers.

Pierre Ier, fastueux et magnifique, avait contracté beaucoup de dettes, et l’embarras de ses affaires n’avait pas peu contribué à l’engager dans sa triste complicité avec Charles le Mauvais. Louis II, son fils, probe et loyal, se hâta d’engager ses biens pour couvrir les dettes qui avaient failli être si fatales à l’honneur de son père et de sa maison. Les créanciers du feu duc avaient eu recours à la puissance ecclésiastique et avaient fait excommunier Pierre Ier ; son cadavre même était resté en gage dans l’église de Poitiers. Son fils alla l’y chercher lui-même, après avoir obtenu de la cour de Rome révocation de l’excommunication lancée contre lui. La France était alors bien malheureuse ; livrée par la trahison, déchirée par les factions, désolée par la guerre étrangère, elle fut encore en proie aux horreurs de la Jacquerie, aux fureurs des paysans soulevés contre les nobles par la misère et l’oppression.

Dans ce siècle de crimes et de misères, Louis s’efforça de rester toujours loyal et de guérir les maux de son pays. Il se dévoua au service du dauphin (depuis Charles V), alla en Angleterre négocier la mise en liberté du roi Jean et fut un des otages qui le remplacèrent à Londres. Les retards que l’on mit à exécuter toutes les clauses du traité de Brétigny firent durer huit ans sa captivité, qui, du reste, n’eut rien de rude. Il vécut à la cour d’Angleterre, libre. sur parole, au milieu des fêtes et des plaisirs ; on l’y appelait le roi d’honneur et de liesse. Il obtint de parcourir l’Angleterre ; mais le roi Édouard ne voulait point le laisser retourner en France.

En vain les vassaux du duc s’étaient cotisés pour réunir 1 000 000 de florins, dont Louis s’était rendu pleige, c’est-à-dire dont il s’était porté garant, pour la liberté du roi de France. La somme avait été remise au roi d’Angleterre ; mais celui-ci alléguait toujours de nouveaux prétextes pour le retenir. « Enfin, dit M. Béraud (Histoire des ducs de Bourbon), la neuvième année de sa captivité allait commencer, lorsqu’une intrigue de cour vint lui rendre cette liberté qu’il n’avait pu obtenir par le payement de son cautionnement. Édouard avait pour ministre et pour favori Guillaume Wicam, qu’il avait élevé à la dignité de grand chancelier ; il lui destinait l’évêché de Winchester, qui vaquait par la mort du cardinal de Winchester ; mais il ne pouvait obtenir les bulles du pape Urbain V pour mettre Wicam en possession du riche bénéfice ; il eut recours au duc de Bourbon, dont le crédit auprès du pontife était connu ; il lui promit la liberté pour prix du service qu’il en attendait ; il l’assura qu’il lui serait bien courtois à la prison. Le duc écrivit à la cour de Rome, et il en reçut un bref par lequel elle le laissa maître de disposer de l’évêché. Bourbon ne le remit au roi d’Angleterre qu’après lui avoir fait signer l’acte de sa délivrance, pour lequel Édouard trouva encore moyen de lui faire payer 20 000 livres. Il fut à peine libre, qu’il se hâta de se rendre dans le Bourbonnais, dont les habitants venaient de fournir encore une somme de 140 000 livres, montant des obligations qu’il avait contractées pendant son séjour à Londres. »

Louis trouva la province dévastée, épuisée ; l’anarchie morale y répondait, comme dans toute la France, au déplorable état de l’agriculture et du commerce. Cette vaillante chevalerie française, si glorieuse au temps des croisades, s’était peu à peu corrompue, affaiblie ; la noblesse, après avoir fui honteusement à Poitiers, était l’objet des railleries du peuple et des bourgeois, qui commençaient à sentir leur force et à perdre le respect que leurs maîtres ne savaient plus leur imposer ; la vieille organisation féodale avait perdu son prestige, qu’elle ne devait guère reconquérir, et le temps n’était pas loin où une pauvre fille du peuple, Jehanne la bonne Lorraine, allait donner l’exemple du patriotisme et du courage à ces barons et chevaliers, oublieux des antiques traditions.

Louis de Bourbon tenta de ressusciter dans le cœur de ses barons les sentiments d’autrefois et voulut fonder un ordre de chevalerie. Après avoir réuni ses anciens compagnons d’armes, il les traita magnifiquement pendant trois jours, puis leur donna rendez-vous à Moulins pour le premier jour de l’année 1369. Au jour dit, il leur déclara son projet, leur distribua les insignes du nouvel ordre, dont la devise était ce joyeux mot : ESPÉRANCE entendit la messe avec eux et les exhorta à défendre Dieu, la patrie et les dames.

« Je prie à tous ceux de l’ordre, s’écria-t-il, qu’ils veuillent honorer dames et demoiselles et ne souffrir en ouïr dire du mal ; car ceux qui mal en disent sont petits de leur honneur et disent d’une dame qui ne se peut revancher ce qu’ils n’oseroient pas dire d’un homme ; dont plus en auroit leur honte ; et des femmes, après Dieu, vient en partie de l’honneur en ce monde ; il faut aussi que ceux qui portent cet ordre ne soient jongleurs et médisants l’un de l’autre, qui est une laide chose à tout gentilhomme, mais portent foi l’un à l’autre comme il appartient à tout honneur et chevalerie. Mes amis, à travers mon écu d’or est une bande où il y a écrit : Allen, c’est-à-dire : Allons tous ensemble au service de Dieu, et soyons tous un en la défense de nos pays, et là où nous pourrons trouver et quêter honneur par fait de chevalerie. Et pour ce, mes frères, je vous ai dit ce que signifie l’ordre de l’écu d’or, lequel un chacun à qui je l’ai baillé le doit jurer et promettre de le tenir, et moi le premier. »

Il jura et reçut le serment de ses compagnons. Alors le seigneur de Vichy, prenant la parole au nom de tous les chevaliers : « Notre très redouté seigneur, lui dit-il, voyez ici votre chevalerie qui vous remercie très humblement du bel ordre et grands dons que leur avez donnés ; lesquels ne vous savent que donner en ce jour, fors qu’ils vous offrent leurs corps et leurs biens ; qu’il vous plaise les recevoir à cettuy premier jour de l’an, nonobstant qu’ils y sont obligés ; mais leur cœur est ferme et leur volonté est pareille. » – « Je reçois, s’écria le duc ému, je reçois aujourd’hui les plus belles étrennes que seigneur puisse. recevoir, quand je reçois le cœur de si nobles chevaliers. »

Mais, comme une apparition anticipée de l’esprit positif des temps modernes au milieu de cette scène chevaleresque, entrait dans la salle maître Huguenin Chauveau, justicier sévère, procureur général du duc, lequel apportait à Louis un registre où étaient relatés les forfaits et désobéissances de plusieurs seigneurs pendant l’absence du duc ; il réclamait justice ; et pour quelques-uns il y allait de la vie. « Maître Huguenin, dit le duc, avez-vous tenu, aussi registre des services qu’ils m’ont rendus ? » Et, prenant le rapport, il le jeta dans la grande cheminée, où flamboyait un feu de janvier. Le passé et l’avenir s’étaient rencontrés dans cette scène singulière, l’un avec ses élans faciles vers le bien comme vers le mal, l’autre avec cet esprit de froide justice, auquel un moment d’enthousiasme ne fait pas oublier si aisément les maux soufferts et les crimes commis.

Louis, surnommé le Grand ou le Bon, et qui a mérité au moins le second de ces titres, ne se borna pas à conférer ces insignes de chevalerie à ses barons ; il voulut qu’ils les honorassent par leur valeur et les mena contre les Anglais. Cette guerre endetta encore son duché ; mais le devoir le retint auprès de Bertrand Du Guesclin, son frère d’armes et son ami. Une trêve étant survenue, il en profita pour courir à de nouvelles aventures et avec cent chevaliers passa en Espagne, où Henri de Transtamare l’appelait à une croisade contre les Sarrasins.

Mais celui-ci ayant voulu lui faire combattre les Portugais au lieu des infidèles, le duc refusa et, repassant les Pyrénées sans avoir tiré l’épée, revint guerroyer contre les Anglais. Tuteur du jeune roi Charles VI, de moitié avec le duc de Bourgogne, il s’acquitta de son devoir avec loyauté, fit deux croisades en Afrique seul avec quelques centaines de chevaliers. Cet homme, qui, par sa valeur chevaleresque et son esprit d’aventure, appartenait aux temps anciens, n’en sut pas moins par des alliances et d’heureuses acquisitions augmenter considérablement les domaines de sa maison. Il réunit au Bourbonnais le Forez, une partie de l’Auvergne, le Beaujolais et la principauté de Dombes. Mêlé aux querelles sanglantes qui désolèrent le règne de l’insensé Charles VI, il prit parti pour le duc d’Orléans contre le duc de Bourgogne, Jean sans Peur. Celui-ci envahit le Bourbonnais et se rendit maître de quelques villes ; mais Louis, alors âgé de plus de soixante-dix ans, lève une armée et chasse les Bourguignons. Il mourut peu de temps après à Montluçon.

Le fils du duc Louis, Jean Ier, débauché et prodigue, n’avait hérité que de son courage. Fait prisonnier à la bataille d’Azincourt, il mourut à Londres après dix-huit ans de captivité. Il avait, pour se racheter, souscrit à un traité honteux, qui donnait aux Anglais les meilleures places de l’Auvergne et du Bourbonnais. Son fils, Charles ler, qui gouvernait ses Etats, et ses vassaux refusèrent d’exécuter un pareil traité ; mais ils lui envoyèrent une rançon de cent mille écus, que les Anglais acceptèrent, sans se dessaisir de leur prisonnier. Sous le gouvernement de Jean Ier, qui tenait pour le duc d’Orléans, le Bourbonnais avait été exposé aux plus affreuses dévastations, commises par le parti contraire.

Le nouveau duc Charles Ier rendit de grands services au jeune roi Charles VII, alors fugitif, l’accueillit et combattit pour lui reconquérir son royaume, auprès de Xaintrailles et de Dunois. Mais, plus tard, le duc de Bourbon excita contre Charles VII son propre fils (depuis Louis XI) et l’entraîna dans une ligue armée contre son père. Charles VII vint lui-même en Bourbonnais à la tête d’une armée pour y chercher le dauphin, qui y avait trouvé un refuge. Toutes les villes qui lui résistèrent furent impitoyablement pillées. Cependant le roi pardonna aux chefs de la rébellion et donna même sa fille Jeanne en mariage au fils du duc de Bourbon, lequel succéda à son père en 1456 sous le nom de Jean II.

Ce prince imita son père dans son esprit de révolte contre l’autorité royale ; mais Louis XI le gagna par d’habiles concessions, et, sous la minorité de Charles VIII, Jean II reçut l’épée de connétable. Il n’en prit pas moins part à la ridicule levée de boucliers du duc d’Orléans (depuis Louis XII) contre la régente. Il mourut en 1487. Son frère, Pierre II, était le mari de la régente même, Anne de Beaujeu. Sous son gouvernement, ou plutôt sous celui de sa femme, le Bourbonnais jouit d’un calme et d’une prospérité ininterrompus. Le pays s’enrichit et répara ses anciens désastres. Pierre Il mourut en 1503. En lui s’éteignit la branche aînée de la maison de Bourbon, qui possédait le duché depuis Robert, fils de saint Louis.

Le riche héritage échut à l’arrière-petit-fils du duc Jean Ier de Bourbon, Charles de Montpensier, qui épousa la fille du dernier duc, sa cousine, laide et contrefaite, mais qui lui apportait en dot la puissance et la richesse. Ce jeune homme est celui qui devint depuis si tristement célèbre sous le nom du connétable de Bourbon. Magnifique, intrépide, il éblouit par son faste et étonna par son courage. La part qu’il prit aux guerres d’Italie lui donna la renommée d’un grand homme de guerre. Il reçut l’épée de connétable et commanda l’avant-garde à Marignan.

Mais, par son orgueil, il avait excité la colère du roi François Ier, et celui-ci, étant venu à Moulins pour tenir le fils du duc sur les fonts du baptême, fut blessé de la splendeur des fêtes que lui offrit son vassal. « Un roi de France n’en sauroit faire autant » dit-il avec amertume ; et, refusant de l’indemniser des dépenses qu’il avait faites à son service, il lui retira ses traitements et ses pensions. Le connétable n’en suivit pas moins le roi à la défense de la Champagne, qu’avait envahie l’armée de Charles-Quint. Mais le roi ayant donné au duc d’Alençon le commandement de l’avant-garde, qui appartenait. de droit au connétable, celui-ci se retira à Moulins, une fois la campagne finie. Son fils venait de mourir ; sa femme mourut peu de temps après en lui faisant donation de ses biens, précaution qui semblait inutile, puisque, le connétable n’eût-il pas été le gendre du dernier duc de Bourbon, l’héritage de cette famille lui devait encore revenir comme chef de la maison de Montpensier.

Mais Charles s’était fait une ennemie implacable, Louise de Savoie, mère du roi, dont il avait repoussé, dit-on, les amoureuses avances. Cette femme excita contre lui le roi son fils, et, au mépris de toute justice, on suscita contre le droit évident du duc les subtilités de la chicane et les arguties des avocats. Le séquestre fut mis sur l’héritage. Dès lors le connétable ne garda plus de mesure. Il prêta l’oreille aux propositions que Charles-Quint lui faisait faire, le sachant tenté de trahir son pays par haine contre le roi. L’empereur lui offrait la main d’une de ses sœurs, deux cent mille écus de dot et un royaume créé dans le midi de la France démembrée.

A ce prix, Bourbon vendit son honneur et son pays. François Ier averti de ce marché au moment de partir pour l’Italie, l’invita à le suivre. Bourbon feignit d’être malade pour se dispenser d’obéir. Le roi lui-même vint à Moulins ; il s’approcha du lit du connétable et eut avec lui une entrevue secrète. François Ier lui parla avec douceur, ne lui dissimulant pas qu’il avait été prévenu des tentatives de corruption dont le connétable avait été l’objet. Celui-ci prétendit qu’il les avait repoussées, et que la maladie seule l’empêchait de suivre le roi immédiatement ; qu’au reste, il le rejoindrait aussitôt que ses forces le lui permettraient. François Ier le quitta en laissant auprès de lui un de ses gentilshommes, Warty, chargé d’espionner le connétable. Bourbon partit en effet quelques jours après, se faisant porter en litière ; mais, arrivé à Lapalisse, il apprend que le roi est instruit de tout ; dès lors il ne songe plus qu’à fuir. Il feint de se sentir plus malade le mal fait des progrès rapides ; Bourbon réunit autour de lui ses gentilshommes, leur commande de se lamenter sur son sort et fait appeler Warty.

Celui-ci arrivé, le connétable lui dit d’une voix mourante d’aller trouver le roi, de lui faire savoir sa position désespérée et de lui exprimer ses amers regrets de ne pouvoir lui rendre de nouveaux services. Warty part ; Bourbon monte à cheval, arrive à Chantelle, place forte, où il réunit aussitôt tous les éléments d’une vigoureuse résistance. Le roi, prévenu, envoie contre le duc le maréchal de Chabannes avec des troupes. Alors, désespérant de tenir dans Chantelle contre un siège en règle, Bourbon, accompagné d’un seul gentilhomme, Pompérant, se décide à fuir et à quitter la France. Après des dangers et des aventures de toutes sortes, les deux fugitifs atteignirent la frontière de Savoie d’où le duc se rendit en Italie, où il se mit à la tête des troupes de Charles-Quint.

Le reste de son histoire est trop connu pour être rapporté ici. On sait ses déceptions à la cour de Charles-Quint, les mépris à peine dissimulés que trouva partout ce traître, le mal qu’il rit à son pays et les sévères paroles que lui adressa Bayard mourant : « Monsieur, dit le loyal chevalier au duc qui s’apitoyait sur son sort, il n’y a point de pitié en moi, car je meurs en homme de bien ; mais j’ai pitié de vous voir servir contre votre prince et votre patrie et votre serment Bourbon fut tué en escaladant les murs de Rome à la tête des soldats allemands. »

Ses biens avaient été confisqués et réunis à la couronne en 1531. Depuis ils en furent détachés, pour former divers apanages, jusqu’en 1622. À cette époque, ils entrèrent dans la maison de Condé qui les conserva jusqu’à la Révolution. Ils y apportèrent encore la trahison. Le grand Condé imita le connétable en combattant contre la France ; mais il sut réparer sa faute et par son repentir et par des victoires sur les ennemis de son pays. Le Bourbonnais, depuis le grand connétable, n’a plus d’histoire qui lui soit propre, et, si le titre de duc de Bourbon reparaît encore dans l’histoire sous Louis XV et depuis, les annales de la province se confondent avec celles de la France.

Le département de l’Allier n’a pas eu à souffrir de l’invasion allemande (guerre de 1870-1871).

 ( source : http://www.france-pittoresque.com/)

Liste des communes de l’ Allier :

 

Le département de l’Allier compte 320 communes repartis en population de la manière suivante ( si la commune à un site web, cliquer sur le panneau de celle-ci ):

  • Abrest : 2 696 Habitants, code postal : 03200
  • Agonges : 353 Habitants, code postal : 03210
  • Ainay-le-Château : 1 065 Habitants, code postal : 03360
  • Andelaroche : 282 Habitants, code postal : 03120
  • Archignat : 351 Habitants, code postal : 03380
  • Arfeuilles : 680 Habitants, code postal : 03120
  • Arpheuilles-Saint-Priest : 337 Habitants, code postal : 03420
  • Arronnes : 357 Habitants, code postal : 03250
  • Aubigny : 130 Habitants, code postal : 03460
  • Audes : 457 Habitants, code postal : 03190
  • Aurouër : 377 Habitants, code postal : 03460
  • Autry-Issards : 339 Habitants, code postal : 03210
  • Avermes : 3 802 Habitants, code postal : 03000
  • Avrilly : 155 Habitants, code postal : 03130
  • Bagneux : 305 Habitants, code postal : 03460
  • Barberier : 129 Habitants, code postal : 03140
  • Barrais-Bussolles : 212 Habitants, code postal : 03120
  • Bayet : 669 Habitants, code postal : 03500
  • Beaulon : 1 613 Habitants, code postal : 03230
  • Beaune-d’Allier : 292 Habitants, code postal : 03390
  • Bègues : 230 Habitants, code postal : 03800
  • Bellenaves : 1 024 Habitants, code postal : 03330
  • Bellerive-sur-Allier : 8 562 Habitants, code postal : 03700
  • Bert : 273 Habitants, code postal : 03130
  • Bessay-sur-Allier : 1 403 Habitants, code postal : 03340
  • Besson : 795 Habitants, code postal : 03210
  • Bézenet : 966 Habitants, code postal : 03170
  • Billezois : 383 Habitants, code postal : 03120
  • Billy : 838 Habitants, code postal : 03260
  • Biozat : 734 Habitants, code postal : 03800
  • Bizeneuille : 290 Habitants, code postal : 03170
  • Blomard : 203 Habitants, code postal : 03390
  • Bost : 187 Habitants, code postal : 03300
  • Boucé : 560 Habitants, code postal : 03150
  • Le Bouchaud : 211 Habitants, code postal : 03130
  • Boubon-l’Archambault : 2 582 Habitants, code postal : 03160
  • Braize : 290 Habitants, code postal : 03360
  • Bransat : 511 Habitants, code postal : 03500
  • Bresnay : 394 Habitants, code postal : 03210
  • Bressolles : 1 034 Habitants, code postal : 03000
  • Le Brethon : 339 Habitants, code postal : 03350
  • Le Breuil : 544 Habitants, code postal : 03120
  • Broût-Vernet : 1 181 Habitants, code postal : 03110
  • Brugheas : 1 327 Habitants, code postal : 03700
  • Busset : 834 Habitants, code postal : 03270
  • Bixières-les-Mines : 1 077 Habitants, code postal : 03440
  • La Celle : 414 Habitants, code postal : 03600
  • Cérilly : 1 365 Habitants, code postal : 03350
  • Cesset : 373 Habitants, code postal : 03500
  • La Chabanne : 184 Habitants, code postal : 03250
  • Chambérat : 311 Habitants, code postal : 03370
  • Chamblet : 1 069 Habitants, code postal : 03170
  • Chantelle : 1 062 Habitants, code postal : 03140
  • Chapeau : 225 Habitants, code postal : 03340
  • La Chapelaude : 977 Habitants, code postal : 03380
  • La Chapelle : 382 Habitants, code postal : 03300
  • La Chapelle-aux-Chasses : 220 Habitants, code postal : 03230
  • Chappes : 198 Habitants, code postal : 03390
  • Chareil-Cintrat : 341 Habitants, code postal : 03140
  • Charmeil : 723 Habitants, code postal : 03110
  • Charmes : 354 Habitants, code postal : 03800
  • Charroux : 385 Habitants, code postal : 03140
  • Chassenard : 952 Habitants, code postal : 03510
  • Château-sur-Allier : 170 Habitants, code postal : 03320
  • Châtel-de-Neuvre : 543 Habitants, code postal : 03500
  • Châtel-Montagne : 415 Habitants, code postal : 03250
  • Châtelperron : 146 Habitants, code postal : 03220
  • Châtelus : 135 Habitants, code postal : 03120
  • Châtillon : 320 Habitants, code postal : 03210
  • Chavenon : 141 Habitants, code postal : 03440
  • Chaveroches : 285 Habitants, code postal : 03220
  • Chazemais : 465 Habitants, code postal : 03370
  • Chemilly : 635 Habitants, code postal : 03210
  • Chevagnes : 699 Habitants, code postal : 03230
  • Chezelle : 162 Habitants, code postal : 03140
  • Chézy : 211 Habitants, code postal : 03230
  • Chirat-l’Eglise : 135 Habitants, code postal : 03330
  • Chouvigny : 238 Habitants, code postal : 03450
  • Cindré : 318 Habitants, code postal : 03220
  • Cognat-Lyonne : 655 Habitants, code postal : 03110
  • Colombier : 313 Habitants, code postal : 03600
  • Commentry : 6 723 Habitants, code postal : 03600
  • Contigny : 608 Habitants, code postal : 03500
  • Cosne-d’Allier : 2 204 Habitants, code postal : 03430
  • Coulandon : 689 Habitants, code postal : 03000
  • Coulanges : 308 Habitants, code postal : 03470
  • Couleuvre : 584 Habitants, code postal : 03320
  • Courçais : 308 Habitants, code postal : 03370
  • Coutansouze : 131 Habitants, code postal : 03330
  • Couzon : 306 Habitants, code postal : 03160
  • Créchy : 480 Habitants, code postal : 03150
  • Cressanges : 665 Habitants, code postal : 03240
  • Creuzier-le-Neuf : 1 020 Habitants, code postal : 03300
  • Creuzier-le-Vieux : 3 208 Habitants, code postal : 03300
  • Cusset : 13 152 Habitants, code postal : 03300
  • Deneuille-lès-Chantelle : 95 Habitants, code postal : 03140
  • Deneuille-les-Mines : 342 Habitants, code postal : 03170
  • Désertines : 4 406 Habitants, code postal : 03630
  • Deux-Chaises : 415 Habitants, code postal : 03240
  • Diou : 1 506 Habitants, code postal : 03290
  • Domérat : 8 980 Habitants, code postal : 03410
  • Dompierre-sur-Besbre : 3 184 Habitants, code postal : 03290
  • Le Donjon : 1 075 Habitants, code postal : 03130
  • Doyet : 1 241 Habitants, code postal : 03170
  • Droiturier : 352 Habitants, code postal : 03120
  • Durdat-Larequille : 1 272 Habitants, code postal : 03310
  • Ebreuil : 1 261 Habitants, code postal : 03450
  • Echassières : 402 Habitants, code postal : 03330
  • Escurolles : 721 Habitants, code postal : 03110
  • Espinasse-Vozelle : 879 Habitants, code postal : 03110
  • Estivareilles : 1 085 Habitants, code postal : 03190
  • Etroussat : 711 Habitants, code postal : 03140
  • Ferrières-sur-Sichon : 556 Habitants, code postal : 03250
  • La Ferté-Hauterive : 288 Habitants, code postal : 03340
  • Fleuriel : 353 Habitants, code postal : 03140
  • Fourilles : 211 Habitants, code postal : 03140
  • Franchesse : 447 Habitants, code postal : 03160
  • Gannat : 5 853 Habitants, code postal : 03800
  • Gannay-sur-Loire : 417 Habitants, code postal : 03230
  • Garnat-sur-Engièvre : 733 Habitants, code postal : 03230
  • Gennetines : 629 Habitants, code postal : 03400
  • Gipcy : 216 Habitants, code postal : 03210
  • Givarlais : 241 Habitants, code postal : 03190
  • Gouise : 229 Habitants, code postal : 03340
  • La Guillermie : 148 Habitants, code postal : 03250
  • Hauterive : 1 110 Habitants, code postal : 03270
  • Hérisson : 662 Habitants, code postal : 03190
  • Huriel : 2 503 Habitants, code postal : 03380
  • Hyds : 313 Habitants, code postal : 03600
  • Isle-et-Bardais : 275 Habitants, code postal : 03360
  • Isserpent : 498 Habitants, code postal : 03120
  • Jaligny-sur-Besbre : 627 Habitants, code postal : 03220
  • Jenzat : 512 Habitants, code postal : 03800
  • Laféline : 192 Habitants, code postal : 03500
  • Lalizolle : 374 Habitants, code postal : 03450
  • Lamaids : 159 Habitants, code postal : 03380
  • Langy : 239 Habitants, code postal : 03150
  • Lapalisse : 3 162 Habitants, code postal : 03120
  • Laprugne : 361 Habitants, code postal : 03250
  • Lavault-Sainte-Anne : 1 197 Habitants, code postal : 03100
  • Lavoine : 150 Habitants, code postal : 03250
  • Lenax : 243 Habitants, code postal : 03130
  • Lételon : 123 Habitants, code postal : 03360
  • Liernolles : 261 Habitants, code postal : 03130
  • Lignerolles : 663 Habitants, code postal : 03410
  • Limoise : 181 Habitants, code postal : 03320
  • Loddes : 149 Habitants, code postal : 03130
  • Loriges : 326 Habitants, code postal : 03500
  • Louchy-Montfand : 447 Habitants, code postal : 03500
  • Louroux-Boubonnais : 230 Habitants, code postal : 03350
  • Louroux-de-Beaune : 183 Habitants, code postal : 03600
  • Louroux-de-Bouble : 286 Habitants, code postal : 03330
  • Louroux-Hodement : 348 Habitants, code postal : 03190
  • Luneau : 286 Habitants, code postal : 03130
  • Lurcy-Lévis : 2 134 Habitants, code postal : 03320
  • Lusigny : 1 623 Habitants, code postal : 03230
  • Magnet : 827 Habitants, code postal : 03260
  • Maillet : 361 Habitants, code postal : 03190
  • Malicorne : 839 Habitants, code postal : 03600
  • Marcenat : 372 Habitants, code postal : 03260
  • Marcillat-en-Combraille : 904 Habitants, code postal : 03420
  • Marigny : 188 Habitants, code postal : 03210
  • Mariol : 765 Habitants, code postal : 03270
  • Le Mayet-d’Ecole : 272 Habitants, code postal : 03800
  • Le Mayet-de-Montagne : 1 555 Habitants, code postal : 03250
  • Mazerier : 283 Habitants, code postal : 03800
  • Mazirat : 289 Habitants, code postal : 03420
  • Meaulne : 769 Habitants, code postal : 03360
  • Meillard : 262 Habitants, code postal : 03500
  • Meillers : 152 Habitants, code postal : 03210
  • Mercy : 272 Habitants, code postal : 03340
  • Mesples : 134 Habitants, code postal : 03370
  • Molinet : 1 184 Habitants, code postal : 03510
  • Molles : 813 Habitants, code postal : 03300
  • Monestier : 266 Habitants, code postal : 03140
  • Monétay-sur-Allier : 550 Habitants, code postal : 03500
  • Monétay-sur-Loire : 289 Habitants, code postal : 03470
  • Montaiguët-en-Forez : 316 Habitants, code postal : 03130
  • Montaigu-le-Blin : 307 Habitants, code postal : 03150
  • Montbeugny : 662 Habitants, code postal : 03340
  • Montcombroux-les-Mines : 394 Habitants, code postal : 03130
  • Monteignet-sur-l’Andelot : 237 Habitants, code postal : 03800
  • Le Montet : 513 Habitants, code postal : 03240
  • Montilly : 561 Habitants, code postal : 03000
  • Montluçon : 41 350 Habitants, code postal : 03100
  • Montmarault : 1 550 Habitants, code postal : 03390
  • Montoldre : 644 Habitants, code postal : 03150
  • Montord : 241 Habitants, code postal : 03500
  • Montvicq : 734 Habitants, code postal : 03170
  • Moulins : 19 837 Habitants, code postal : 03000
  • Murat : 285 Habitants, code postal : 03390
  • Nades : 120 Habitants, code postal : 03450
  • Nassigny : 191 Habitants, code postal : 03190
  • Naves : 119 Habitants, code postal : 03330
  • Néris-les-Bains : 2 705 Habitants, code postal : 03310
  • Neuilly-en-Donjon : 230 Habitants, code postal : 03130
  • Neuilly-le-Réal : 1 372 Habitants, code postal : 03340
  • Neure : 173 Habitants, code postal : 03320
  • Neuvy : 1 544 Habitants, code postal : 03000
  • Nizerolles : 327 Habitants, code postal : 03250
  • Noyant-d’Allier : 690 Habitants, code postal : 03210
  • Paray-le-Frésil : 432 Habitants, code postal : 03230
  • Paray-sous-Briailles : 632 Habitants, code postal : 03500
  • Périgny : 452 Habitants, code postal : 03120
  • La Petite-Marche : 182 Habitants, code postal : 03420
  • Pierrefitte-sur-Loire : 518 Habitants, code postal : 03470
  • Le Pin : 388 Habitants, code postal : 03130
  • Poëzat : 120 Habitants, code postal : 03800
  • Pouzy-Mésangy : 418 Habitants, code postal : 03320
  • Prémilhat : 2 287 Habitants, code postal : 03410
  • Quinssaines : 1 338 Habitants, code postal : 03380
  • Reugny : 263 Habitants, code postal : 03190
  • Rocles : 364 Habitants, code postal : 03240
  • Rongères : 566 Habitants, code postal : 03150
  • Ronnet : 185 Habitants, code postal : 03420
  • SaintAngel : 744 Habitants, code postal : 03170
  • Saint-Aubin-le-Monial : 286 Habitants, code postal : 03160
  • Saint-Bonnet-de-Four : 194 Habitants, code postal : 03390
  • Saint-Bonnet-de-Rochefort : 643 Habitants, code postal : 03800
  • Saint-Bonnet-Tronçais : 751 Habitants, code postal : 03360
  • Saint-Caprais : 95 Habitants, code postal : 03190
  • Saint-Christophe : 492 Habitants, code postal : 03120
  • Saint-Clément : 362 Habitants, code postal : 03250
  • Saint-Désiré : 470 Habitants, code postal : 03370
  • Saint-Didier-en-Donjon : 268 Habitants, code postal : 03130
  • Saint-Didier-la-Forêt : 377 Habitants, code postal :  03110
  • Saint-Eloy-d’Allier : 59  Habitants, code postal : 03370
  • Saint-Ennemond : 656 Habitants, code postal :  03400
  • Saint-Etienne-de-Vicq : 504 Habitants, code postal : 03300
  • Saint-Fargeol : 210 Habitants, code postal :  03420
  • Saint-Félix : 343 Habitants, code postal :  03260
  • Saint-Genest : 349 Habitants, code postal : 03310
  • Saint-Gérand-de-Vaux : 425 Habitants, code postal : 03340
  • Saint-Gérand-le-Puy : 990 Habitants, code postal : 03150
  • Saint-Germain-des-Fossés : 3 655 Habitants, code postal : 03260
  • Saint-Germain-de-Salles : 439 Habitants, code postal : 03140
  • Saint-Hilaire : 512 Habitants, code postal : 03440
  • Saint-Léger-sur-Vouzance : 286 Habitants, code postal : 03130
  • Saint-Léon : 596 Habitants, code postal : 03220
  • Saint-Léopardin-d’Augy : 360 Habitants, code postal : 03160
  • Saint-Loup : 594 Habitants, code postal : 03150
  • Saint-Marcel-en-Murat : 135 Habitants, code postal : 03390
  • Saint-Marcel-en-Marcillat : 146 Habitants, code postal : 03420
  • Saint-Martin-des-Lais : 141 Habitants, code postal : 03230
  • Saint-Martinien : 620 Habitants, code postal : 03380
  • Saint-Menoux : 1 009 Habitants, code postal :  03210
  • Saint-Nicolas-des-Biefs : 180 Habitants, code postal : 03250
  • Saint-Palais : 190 Habitants, code postal : 03370
  • Saint-Pierre-Laval : 371 Habitants, code postal : 03250
  • Saint-Plaisir : 414 Habitants, code postal : 03160
  • Saint-Pont : 566 Habitants, code postal :  03110
  • Saint-Pourçain-sur-Besbre : 415 Habitants, code postal : 03290
  • Saint-Pourçain-sur-Sioule : 5 030 Habitants, code postal : 03500
  • Saint-Priest-d’Andelot : 137 Habitants, code postal :  03800
  • Saint-Priest-en-Murat : 233 Habitants, code postal : 03390
  • Saint-Prix : 807 Habitants, code postal : 03120
  • Saint-Rémy-en-Rollat : 1 610 Habitants, code postal : 03110
  • Saint-Sauvier : 336 Habitants, code postal : 03370
  • Saint-Sornin : 225 Habitants, code postal : 03240
  • Sainte-Thérence : 203 Habitants, code postal :  03420
  • Saint-Victor : 2 023 Habitants, code postal : 03410
  • Saint-Voir : 197 Habitants, code postal :  03220
  • Saint-Yorre : 2 742 Habitants, code postal : 03270
  • Saligny-sur-Roudon : 814 Habitants, code postal : 03470
  • Sanssat : 262 Habitants, code postal :  03150
  • Saulcet : 650 Habitants, code postal :  03500
  • Saulzet : 339 Habitants, code postal : 03800
  • Sauvagny : 95 Habitants, code postal :  03430
  • Sazeret : 157 Habitants, code postal :  03390
  • Serbannes : 729 Habitants, code postal :  03700
  • Servilly : 270 Habitants, code postal :  03120
  • Seuillet : 486 Habitants, code postal :  03260
  • Sorbier : 294 Habitants, code postal :  03220
  • Souvigny : 1 935 Habitants, code postal :  03210
  • Sussat : 100 Habitants, code postal :  03450
  • Target : 264 Habitants, code postal :  03140
  • Taxat-Senat : 226 Habitants, code postal : 03140
  • Teillet-Argenty : 530 Habitants, code postal :  03410
  • Terjat : 214 Habitants, code postal :  03420
  • Le Theil : 415 Habitants, code postal :  03240
  • Theneuille : 392 Habitants, code postal :  03350
  • Thiel-sur-Acolin : 987 Habitants, code postal : 03230
  • Thionne : 319 Habitants, code postal :  03220
  • Tortezais : 182 Habitants, code postal :  03430
  • Toulon-sur-Allier : 1 125 Habitants, code postal :  03400
  • Treban : 394 Habitants, code postal :  03240
  • Treignat : 443 Habitants, code postal :  03380
  • Treteau : 552 Habitants, code postal :  03220
  • Trévol : 1 615 Habitants, code postal :  03460
  • Trézelles : 385 Habitants, code postal :  03220
  • Tronget : 934 Habitants, code postal :  03240
  • Urçay : 291 Habitants, code postal :  03360
  • Ussel-d’Allier : 148 Habitants, code postal :  03140
  • Valignat : 72 Habitants, code postal :  03330
  • Valigny : 391 Habitants, code postal :  03360
  • Vallon-en-Sully : 1 693 Habitants, code postal :  03190
  • Varennes-sur-Allier : 3 675 Habitants, code postal :  03150
  • Varennes-sur-Tèche : 251 Habitants, code postal :  03220
  • Vaumas : 549 Habitants, code postal :  03220
  • Vaux : 1 040 Habitants, code postal :  03190
  • Veauce : 41 Habitants, code postal :  03450
  • Venas : 234 Habitants, code postal :  03190
  • Vendat : 2 226 Habitants, code postal :  03110
  • Verneix : 585 Habitants, code postal :  03190
  • Le Vernet : 1 858 Habitants, code postal :  03200
  • Verneuil-en-Bourbonnais : 242 Habitants, code postal :  03500
  • Vernusse : 166 Habitants, code postal :  03390
  • Le Veurdre : 536  Habitants, code postal :  03320
  • Vichy : 25 090 Habitants, code postal :  03200
  • Vicq : 326 Habitants, code postal :  03450
  • Vieure : 261 Habitants, code postal :  03430
  • Le Vilhain : 269 Habitants, code postal :  03350
  • Villebret : 1 268 Habitants, code postal :  03310
  • Villefranche-d’Allier : 1 319 Habitants, code postal :  03430
  • Villeneuve-sur-Allier : 969 Habitants, code postal :  03460
  • Viplaix : 285 Habitants, code postal :  03370
  • Vitray : 120 Habitants, code postal :  03360
  • Voussac : 465 Habitants, code postal :  03140
  • Ygrande : 760 Habitants, code postal :  03160
  • Yzeure : 12 867 Habitants, code postal :  03400
Category: Non classé  Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,  Comments off