Drôme (26)

Le département de la Drôme (26) situé dans la région Rhône-Alpes, compte 497 287 habitants en 2012.

Trouver ci-dessous la météo de votre département :

 

Situation géographique

de la Drôme:

 

La Région du Département :

 

 

Son Blason et Logo :

 

 

Le Département :

Liste des communes

du Doubs :

Le département de la Drôme compte 369 communes repartis en population de la manière suivante ( ATTENTION POUR L’INSTANT UNIQUEMENT LES COMMUNES DE MINIMUM 1000 HABITANTS ):

(Pour suivre les variations de la population de la commune, cliquez sur le symbole a coté de la commune)

( Pour retrouver le site web de la commune et ses dernières nouvelles,cliquez sur le symbole « site web » a coté de la commune )

  • Albon 1 771 (2012)  Habitants, code postal :  26140
  • Alixan : 2 415 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Allan :    1 648 (2012) Habitants, code postal :  26780
  • Allex :  2 567 (2012) Habitants, code postal :  26400
  • Ancône :  1 082 (2012) Habitants, code postal :  26200
  • Andancette :  1 277 (2012) Habitants, code postal :  26140
  • Anneyron:  3 982 (2012) Habitants, code postal :  26140
  • Aouste-Sur-Sye :  2 355 (2012) Habitants, code postal :  26400
  • Beaumont-Lès-Valence :    3 921 (2012) Habitants, code postal :  26760
  • Beaumont-Monteux :    1 093 (2012) Habitants, code postal :  26600
  • Beausemblant :  1 328 (2012) Habitants, code postal :  26240
  • Beauvallon :  1 633 (2012) Habitants, code postal :  26800
  • La Begude-de-Mazenc :    1 534 (2012) Habitants, code postal :  26160
  • Bésayes :  1 110 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Bouchet :    1 162 (2012) Habitants, code postal :  26790
  • Bourg-de-Péage :    10 405 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Bourg-lès-Valence :  19 141 (2012) Habitants, code postal :  26500
  • Buis-les-Baronnies :    2 383 (2012) Habitants, code postal :  26170
  • Chabeuil :  6 747 (2012) Habitants, code postal :  26120
  • Chanos-Curson :  1 114 (2012) Habitants, code postal :  26600
  • Chantemerle-les-Blés :  1 135 (2012) Habitants, code postal :  26600
  • Charpey :  1 262 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Châteauneuf-de-Galaure :  2 062 (2012) Habitants, code postal :  26330
  • Châteuneuf-du-Rhône :  2 333 (2012) Habitants, code postal :  26780
  • Châteauneuf-sur-Isère :  3 821 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Châtillon-Saint-Jean :  1 207 (2012) Habitants, code postal :  26750
  • Chatuzange-le-Goubet :  4 809 (2012) Habitants, code postal :  26300
  • Clérieux :  2 087 (2012) Habitants, code postal :  26260
  • Crest :  8 153 (2012) Habitants, code postal :  26400
  • Die :  4 627 (2012) Habitants, code postal :  26150
  • Dieulefit :  3 200 (2012) Habitants, code postal :  26220
  • Donzère :  5 318 (2012) Habitants, code postal :  26290
  • Epinouze :   1 445 (2012) Habitants, code postal :  26210
  • Espeluche :  1 103 (2012) Habitants, code postal :  26780
  • Etoile-sur-Rhône :  4 695 (2012) Habitants, code postal :  26800
  • Eurre :  1 143 (2012) Habitants, code postal :  26400
  • La Garde-Adhémar :  1 193 (2012) Habitants, code postal :  26700
  • Génissieux :  2 081 (2012) Habitants, code postal :  26750
  • Grâne :  1 808 (2012) Habitants, code postal :  26400
  • Grignan :  1607 (2012) Habitants, code postal :  26230
  • Hauterives :  1 676 (2012) Habitants, code postal :  26390
  • Lapeyrouse-Mornay :  1 122 (2012) Habitants, code postal :  26210
  • Larnage :  1 011 (2012) Habitants, code postal :  26600
  • Livron-sur-Drôme :  9 112 (2012) Habitants, code postal :  26250
  • Loriol-sur-Drôme :  5 869 (2012) Habitants, code postal :  26270
  • Malataverne :  1 846 (2012) Habitants, code postal :  26780
  • Malissard :   3 340 (2012) Habitants, code postal :  26120
  • Marsanne :  1 233 (2012) Habitants, code postal :  26740
  • Mercurol :  2 214 (2012) Habitants, code postal :  26600
  • Mirabel-aux-Baronnies :  1 570 (2012) Habitants, code postal :  26110
  • Mollans-sur-Ouvèze :  1 069 (2012) Habitants, code postal :  26170
  • Montboucher-sur-Jabron :   2 035 (2012) Habitants, code postal :  26740
  • Montéléger :  2 000 (2012) Habitants, code postal :  26760
  • Montélier :  3 616 (2012) Habitants, code postal : 26120
  • Montélimar :  36 872 (2012) Habitants, code postal : 26200
  • Montmeyran :  2 918 (2012) Habitants, code postal : 26120
  • Montoison :  1 762 (2012) Habitants, code postal : 26800
  • Montségur-sur-Lauzon :  1 191 (2012) Habitants, code postal : 26130
  • Montvendre :  1 070 (2012) Habitants, code postal : 26120
  • Mours-Saint-Eusèbe :  2 561 (2012) Habitants, code postal : 26540
  • Nyons :  7 357 (2012) Habitants, code postal : 26110
  • Peyrins :  2 511 (2012) Habitants, code postal : 26380
  • Pierrelatte :  13 454 (2012) Habitants, code postal : 26700
  • Pont-de-L’Isère :  2 828 (2012) Habitants, code postal : 26600
  • Portes-les-Valence :  9 578 (2012) Habitants, code postal : 26800
  • La Roche-de-Glun :  3 224 (2012) Habitants, code postal : 26600
  • Rochegude :  1 492 (2012) Habitants, code postal :  26790
  • Romans-sur-Isère :  34 444 (2012) Habitants, code postal : 26100
  • Saillans :  1 125 (2012) Habitants, code postal : 26340
  • Saint-Barthélemy-de-Vals :  1 916 (2012) Habitants, code postal : 26240
  • Saint-Donas-sur-l’Herbasse :  3 698 (2012) Habitants, code postal : 26260
  • Saint-Jean-en-Royans :  3 113 (2012) Habitants, code postal : 26190
  • Saint-Laurent-en-Royans :  1 400 (2012) Habitants, code postal : 26190
  • Saint-Marcel-lès-Sauzet :  1 177 (2012) Habitants, code postal : 26740
  • Saint-Marcel-lès-Valence :  5 192 (2012) Habitants, code postal : 26320
  • Saint-Paul-lès-Romans :  1 773 (2012) Habitants, code postal : 26750
  • Saint-Paul-Trois-Châteaux :  9 097 (2012) Habitants, code postal : 26130
  • Saint-Rambert-d’Albon :  5 747 (2012) Habitants, code postal : 26140
  • Saint-Restitut :  1 449 (2012) Habitants, code postal : 26130
  • Saint-Sorlin-en-Valloire :  2 090 (2012) Habitants, code postal : 26210
  • Saint-Uze :  1 939 (2012) Habitants, code postal : 26240
  • Saint-Vallier :  4 138 (2012) Habitants, code postal : 26240
  • Saulce-sur-Rhône :  1 774 (2012) Habitants, code postal : 26270
  • Sauzet :  1 937 (2012) Habitants, code postal : 26740
  • Savasse :  1 342 (2012) Habitants, code postal : 26740
  • Suze-la-Rousse :   1 950 (2012) Habitants, code postal : 26790
  • Tain-l’Hermitage :  6 077 (2012) Habitants, code postal : 26600
  • Taulignan :  1 630 (2012) Habitants, code postal :  26770
  • Tulette :  1 946 (2012) Habitants, code postal :  26790
  • Upie :  1 476 (2012) Habitants, code postal :  26120
  • Valence :  66 047 (2012) Habitants, code postal :  26000
  • Vinsobres :  1 166 (2012) Habitants, code postal :  26110

 

L’ Histoire de la Drôme :

Diverses peuplades gauloises habitaient anciennement le territoire dont le département de la Drôme a été formé : les Segalauni, sur la rive gauche du Rhône, depuis la rive droite de l’Isère, jusqu’au Houblon ; les Tricastini, entre le Roubion et l’Aygues, sur les bords du Rhône ; les Vertacomiri, dans les montagnes du Vercors ; les Voconces, sur la pente des Alpes ; les Triulates, dans le Royannais, et les Tricorii, au nord des Voconces.

Toutes ces peuplades avaient chacune ses lois et ses chefs ; mais, divisées en temps de paix, elles se confédéraient dans la guerre. Bellovèse, marchant vers les Alpes, se rendit chez les Tricastini ; de là, il entra sur le territoire des Voconces, et il paraît qu’il entraîna une de leurs peuplades, les Vertacomiri, qui, suivant Pline, fondèrent Novaria (aujourd’hui Novare) en Italie. Annibal traversa le pays des Tricastini et des Tricorii. Sur presque toute la route, les lieux où il s’arrêta s’appellent encore aujourd’hui le camp d’Annibal.

Ravagé par les Cimbres et les Teutons, ce pays fut des premiers conquis par les Romains. Il fit d’abord partie de la Province, puis de la Viennoise. Rome s’efforça de réparer, par de grandes fondations, les maux de la conquête : elle fit participer aux bienfaits de la civilisation les habitants, que le voisinage des Phocéens y avait déjà préparés ; elle polit leurs moeurs, construisit des voies et des aqueducs, éleva des édifices. Il y eut des colonies à Valence, à Die, à Nyons, à Lue, à Saint-Paul-Trois-Châteaux. La grande voie romaine ou Domitienne traversait la Berre près de Duzera (Donzère), débouchait, par les combes de cette localité, dans les plaines d’Acusio (Montélimar), d’où elle se. dirigeait sur la station de Batiana, aujourd’hui Bance, dans le territoire de Mirmande. Après avoir longé la colline de Livron, au couchant, elle passait à Ambonil (Umbunum), rejoignait la route de Valence à Die sur le territoire d’Étoile, au quartier de Bosse, et passait à Valence, à Châteauneuf, à Tain, Saint-Vallier, Bancel, Roussillon, etc.

Pendant que le génie romain colonisait ce pays, le passage des légions qui se disputaient l’empire, et les fréquentes irruptions des peuples du Nord le couvraient de sang et de ruines. Prétendants et barbares le traitaient en pays conquis ; et quand, vers la fin du ne siècle, il commença à connaître le christianisme, il l’accueillit comme un libérateur. Valence, Die, Saint-Paul-Trois-Châteaux, eurent leurs églises et leurs martyrs.

Après les Wisigoths en 412, les Alains en 430, les Bourguignons vinrent, en 460, se fixer dans le Valentinois et y fondèrent un royaume qui dura jusqu’au milieu du VIIIe siècle ; mais à peine délivré de leur joug par les rois francs, ce pays eut à subir les Sarrasins. Vieillards, femmes, enfants massacrés ou emmenés captifs, villes pillées ou livrées aux flammes, champs ravagés, églises et abbayes renversées, ces terribles conquérants n’épargnaient rien sur leur passage. Partout, dit un historien, l’horreur du désert et l’image de la mort !

Après plusieurs irruptions, ils furent enfin repoussés par Charles Martel. Néanmoins, beaucoup restèrent en Dauphiné et s’y fondirent dans la population indigène. On retrouve encore dans quelques noms de lieux et de rivières des restes de leur langage. C’est ainsi que le petit torrent que traverse la route nationale qui conduit à Nyons, au-dessus du moulin de Vinsobres, a gardé le nom de la Moïe, et ce mot est entièrement arabe (Moïa, eau). Aux Sarrasins succédèrent les pirates normands, en 860, qui pillèrent et ravagèrent la vallée du Rhône.

Cependant, vers la fin du IXe siècle, Valence et le chapitre de Die en vinrent aux mains. Après divers combats et des pertes réciproques, ils firent la paix, mais non pour longtemps. Douze ans après, en effet, ce même évêque ayant voulu lever un subside sur les vassaux de son église, la ville et le chapitre de Die s’en émurent, et la guerre se ralluma. Il fallut, pour l’apaiser, l’intervention du prince d’Orange.

Toutefois, ce n’était là que le prélude de luttes plus longues et plus sanglantes. Les évêques voulaient régner sans partage dans le Valentinois, et la puissance des comtes leur faisait ombrage. De là cette guerre dite des épiscopaux, qui ne finit que par la cession du Valentinois à la couronne de France. Pierre de Chastellux, l’évêque, mit le premier, en 1345, ses troupes en campagne. Battu par celles du comte, il se vengea de sa défaite en mettant à feu et à sang les villages où il passait : Charpey, Alixan, Livron, Barcelone, la vallée de Quint furent la proie des flammes.

C’est le peuple surtout qui souffrit de cette guerre. Les petites armées des comtes et des évêques, également indisciplinées, commandées par des chefs avides de butin et de pillage, ne pourvoyaient à leur subsistance, pendant la campagne, que par la force. Les chevaliers et les soldats étrangers, pour qui le motif de la guerre était indifférent, vendaient leur épée à la fortune de l’évêque ou du comte. Alors, pour les stipendier, il fallait taxer le peuple : bourgeois, artisans, paysans, se voyaient ruinés par des taxes iniques.

Ajoutons encore les ravages de la peste et de la famine : le pain était si rare et si cher, que le peuple était réduit à brouter l’herbe, pendant qu’une fièvre noire le décimait. ON manquait de bras dans les campagnes pour cultiver la terre. Bientôt vinrent les routiers et les aventuriers. Plusieurs de ces compagnies, de retour d’Italie, voulurent traverser le Valentinois ; mais le comte s’y opposa. Alors un combat s’engagea près de Mazene, fatal au troupes du comtes : les routiers s’emparèrent de Châteauneuf et firent prisonniers l’évêque de Valence, le prince d’Orange et le comte de Valentinois lui-même. Aimery de Sévérac, chef des routiers, mit le pays à rançon, et obtint le libre passage.

Jusqu’à la fin du XIIe siècle, le Diois, dont la ville de Die était la capitale, avait eu ses souverains comme le Valentinois : leur héritière avait épousé Guillaume, comte de Forcalquier, qui laissa le Diois à son fils Pons, dont la postérité le posséda pendant trois générations ; mais en 1176, Isoard II, le dernier comte, étant mort sans enfants, l’empereur Frédéric Ier, regardant le Diois comme un fief vacant de l’Empire et du royaume d’Arles, en investit Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. Ainsi les deux comtés furent réunis.

Le Valentinois resta longtemps sans faire partie du Dauphiné. D’abord comté, il s’étendait depuis l’Isère jusqu’à la Drôme ; puis duché, depuis l’Isère jusqu’au comtat Venaissin. De 950 à 1419, il fut possédé par les comtes ; mais le dernier, par haine pour sa famille, et accablé de dettes, le vendit au dauphin Charles, depuis Charles VII, à cette condition qu’il ferait partie du Dauphiné. Charles VII n’ayant pas rempli ses engagements vis-à-vis du comte, le duc de Savoie, qui lui était subrogé dans la donation, se mit en possession du comté et du duché de Valentinois, qu’il céda, en 1446, au dauphin, fils de Charles VII.

Ainsi réuni au Dauphiné, le Valentinois le fut à la France. Plus tard, en 1498, Louis XII l’érigea en duché-pairie, et le donna à César Borgia, pour se rendre le pape Alexandre VI favorable ; mais il ne tarda pas à se repentir de sa donation : César Borgia ayant embrassé le parti espagnol contre la France, le roi le déclara coupable de félonie, et lui retira son duché, qui revint à la couronne. Depuis, François Ier en fit don à Diane de Poitiers, pour en jouir pendant sa vie ; mais, en 1642, le Valentinois passa aux princes de Monaco, qui l’ont conservé jusqu’à la Révolution.

Le Valentinois ne reconnaissait le roi que comme dauphin ; l’impôt y était levé non comme une contribution, mais comme un don gratuit. Rien ne s’y faisait sans la sanction du parlement. Bien que la noblesse y fût nombreuse, il y avait des terres sans seigneurs. C’était là que les dauphins venaient se préparer à régner. On sait le long séjour qu’y fit le prince qui devait s’appeler Louis XI.

On cite encore les châteaux qu’il habita et ceux où il marqua son passage par des parties de chasse et de plaisir. Il s’y essaya à cette politique qui devait caractériser son règne ; il y supprima les coutumes et les règlements que les évêques et les seigneurs avaient établis dans leurs terres, autant de petits tyrans qui s’y étaient élevés sur les ruines de l’ancien royaume de Bourgogne, et qu’il abaissa. A l’avènement de Louis XI, ils s’armèrent pour recouvrer leurs privilèges ; ils firent de l’Étoile le centre de la révolte ; mais le gouverneur de la province ayant fait appel aux communes voisines, les révoltés se soumirent, et la puissance féodale ne se releva plus dans ce pays.

A peine sorti des guerres civiles, le Valentinois se vit agité par les guerres religieuses. Déjà, dans la croisade contre les Albigeois, il avait été désigné comme le lieu du rendez-vous. Raymond, comte de Toulouse, passait pour protéger les hérétiques : il fut ajourné à comparaître en personne devant un ’concile à Valence. Il s’y rendit, fit et promit ce . qu’on voulut dans l’intérêt de la paix ; mais les croisés ne voulurent point poser les armes. On sait ce qui arriva. Cependant le Valentinois et le Diois, où Raymond avait des intelligences et des amis, s’agitaient. Simon de Montfort accourut ; mais le comte Aymar, qui commandait les révoltés, lui résista vigoureusement et le contraignit à se retirer.

Plus tard, quand vint la Réforme, elle trouva ce pays déjà préparé par les Vaudois et les Albigeois à la recevoir. Sur plusieurs points, le feu qui couvait éclata. A Valence, à Montélimar, à Romans, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, les protestants prirent les armes et s’emparèrent des églises. Après le massacre de Vassy, la révolte devint générale. D’abord l’ennemi des calvinistes, le baron des Adrets s’était fait leur chef. A son appel, tout ce qu’il y avait de jeunes hommes dans le pays vint se rallier à lui. Non moins redoutable aux catholiques qu’il l’avait été pour les protestants, il soumit tout sur son passage ; mais, comme il faisait la guerre pour la guerre, il devint suspect à son parti, qu’il compromettait par ses cruautés, ce qui le fit arrêter à Valence en janvier 1563.

Catherine de Médicis, dont la politique était de souffler à la fois la paix et la guerre, vint en Dauphiné : elle visita Valence, Étoile, Montélimar et Suze-la-Rousse, promettant partout aux huguenots protection et amitié ; mais la journée de la Saint-Barthélemy leur fit payer cher leur confiance : ainsi qu’à Paris, le sang coula à Valence, à Romans, à Montélimar. Dans cette dernière ville, les magistrats essayèrent, mais en vain, de les sauver en les renfermant dans la citadelle ; on en força les portes, et tous furent égorgés. Alors la guerre recommença, mais cette fois à outrance. Conduits par deux braves chefs, Montbrun et Lesdiguières, les protestants s’emparent de plusieurs places dans le Valentinois et le Diois. Assiégés dans Livron par Bellegarde, chef de l’armée catholique, ils s’y défendent vaillamment et le forcent à la retraite.

Après des alternatives de paix et de guerre, calmés, non satisfaits par l’édit de Nantes, à l’avènement de Louis XIII, ils reprennent les armes. Un fils du célèbre Montbrun les commande : ils assiègent Le Buis, prennent les châteaux de Mollans, de Roilhanette et de Puygiron. Tout le Diois est en leur pouvoir ; mais le prince de Condé le reprend en 1627, les protestants sont désarmés et les forts de Nyons, de Livron, de Die, de Crest, de Soyans et de Moras détruits. Déjà ceux des Saillans, de Pontaix, de Vinsobres, de Tulettes, de Saint-Paul-Trois-Châteaux, de Loriol, de Puy-Saint-Martin et de Grane avaient été rasés.

Avec la guerre et tous les malheurs qui l’accompagnent, la peste, la famine et d’autres fléaux calamiteux ravagèrent ce pays. Après une invasion de sauterelles en 873, une invasion de chenilles en 1586, à la suite de pluies torrentielles qui avaient corrompu l’air. Ces chenilles étaient en si grand nombre, disent les mémoires du temps, qu’elles infestaient les habitations, les chemins, les arbres, les haies. Beaucoup parmi les superstitieux s’en prirent aux huguenots, mais le plus grand nombre au diable.

Comme le cas était grave, on avisa. Après d’inutiles efforts pour chasser ces nouveaux ennemis, le grand vicaire de Valence les cita à comparaître devant lui et leur nomma un procureur d’office, qui défendit solennellement leur cause : l’avocat fut éloquent, mais malheureux, et ses clientes furent condamnées à « vider les lieux » sous peine de forfaiture et d’excommunication. On leur signifia leur jugement avec défense d’en appeler. Chenilles de ne se mouvoir. Alors, comme on les en avait menacées, on lança contre elles les foudres de l’anathème ; mais, avant de recourir au bras séculier, on voulut essayer des voies de la conciliation. Sur l’avis de deux savants jurisconsultes et de deux théologiens ; qu’il serait plus sage, en pareille matière, de ne se servir que des armes spirituelles, et d’user d’un peu de tolérance envers les chenilles, on se contenta de les adjurer et de les asperger d’eau bénite. O puissance de l’exorcisme ! les chenilles disparurent, longtemps après, il est vrai ; mais qu’importe ? on n’en cria pas moins au miracle.

Après tant d’agitations, protestants et catholiques vivaient en paix dans ce pays, quand la révocation de l’édit de Nantes, en 1685, vint de nouveau tout diviser. Dans plusieurs communes, notamment à Bourdeaux, à Bezaudun et à Chantemerle, les protestants coururent aux armes. On ne les soumit point, on les persécuta. Rien n’était épargné, ni l’âge ni le sexe. A Poët-Laval, trois jeunes filles eurent la tête tranchée ; une quatrième, fut pendue à un peuplier. A Die, le pasteur Ranc fut décapité, et sa tète exposée sur un poteau à la porte d’un cabaret. Sur la fin de 1745, les prisons de Crest, de Montélimar de Valence et de Die étaient remplies de protestants ; condamnés à mort, ils marchaient avec joie au martyre, comme les premiers chrétiens. Cette persécution dura jusqu’au règne de Louis XVI.

Si le Dauphiné donna le premier, à Vizille, le signal de la Révolution, le premier il se leva pour la défendre : douze mille citoyens armés se rassemblèrent, en 1789, dans la vallée du Rhône, et jurèrent « de rester à jamais unis, de se donner mutuellement toute assistance, et de voler au secours de Paris et de toute autre ville de France qui serait en danger pour la cause de la liberté. » Ce serment, les habitants de la Drôme surent le tenir en envoyant, en 1792, les premiers volontaires aux frontières.

C’est avec eux que furent formées en grande partie la 4° demi-brigade légère, la 57e de ligne, qu’on surnomma la Terrible ; la 18e, à qui Bonaparte, général en chef de l’armée d’Italie, adressa ces paroles, en lui donnant l’ordre d’attaquer à la bataille de Rivoli : « Brave dix-huitième, je vous connais ; l’ennemi ne tiendra pas devant vous ! » et enfin cette 32e demi-brigade, qui se couvrit de gloire à Arcole : « J’étais tranquille, lui dit Napoléon, la 32e était là ! »

Ce département fut ravagé, en 1795, par les compagnies de Jéhu et du Soleil, et par la réaction royaliste, en 1815. Il avait salué le retour de Napoléon et pris une part active aux Cent-Jours, en s’opposant à la marche du duc d’Angoulême sur Paris. « Après avoir remonté la vallée du Rhône jusqu’à Valence, il (ce prince) se vit arrêté devant Romans par les troupes impériales. Alors, il rétrograda sur Pont-Saint-Esprit. Repoussé de cette ville, il se retira sur La Palud. Cependant les troupes impériales n’avaient pas cessé de le poursuivre. Arrivées à Montélimar, et leur avant-garde occupant Donzère, elles se disposaient à l’attaquer ; mais déjà le duc, effrayé du mouvement des gardes nationales qui le pressaient de toutes parts, avait conclu avec le général Gilly une capitulation qui l’obligeait à poser les armes et à s’embarquer au port de Cette. » (Ferrand et Lamarque, Histoire de la Révolution française de 1789 à 1830.)

Après le coup d’État du 2 décembre, il y eut, sur plusieurs points du département, des rassemblements armés qui ne tardèrent pas à être dispersés, non sans coûter la liberté à quelques insurgés faits prisonniers ; mais à ces jours orageux succéda une ère plus calme, à la faveur de laquelle le département vit renaître son industrie agricole et son commerce.

Si le département de la Drôme n’a pas eu à souffrir de la guerre 1870-1871, il a pris une large part à la défense nationale en envoyant à l’armée de la Loire son contingent de mobiles dont plus d’un s’est signalé dans les divers combats qui furent livrés contre les Prussiens.

Il y a au XIXe siècle, dans les mœurs, dans le langage, dans le caractère et dans le costume des habitants de la Drôme, quelque chose des vieux Celtes, leurs ancêtres : ils portent la braye comme eux, et comme eux encore ils sont gais, vifs, vaillants, hospitaliers, actifs et laborieux. Cependant, si le citadin se ressent davantage des rapports de ce pays avec le Midi, qui l’avoisine, le paysan et le montagnard, par une bonhomie qui n’exclut pas la finesse et la ruse, semblent se rapprocher des Normands. Ainsi que la Normandie, en effet, le Dauphiné est le pays des procès.

 

 ( source : http://www.france-pittoresque.com/)

 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.