Dordogne (24)

 Le département de la Dordogne  (24) situé dans la région Aquitaine, compte 424 479 habitants en 2012.

Trouver ci-dessous la météo de votre département :

+12
H: +27°
L: +11°
Périgueux
Mercredi, 14 Août
Prévisions sur 7 jours
Jeu. Ven. Sam. Dim. Lun. Mar.
           
+30° +31° +28° +29° +31° +34°
+14° +14° +14° +14° +15° +15°

Situation géographique

du département :

La région du département :

 

Son blason et logo :

 

Le département :

Liste des communes

de la Dordogne :

Le département de la Dordogne compte 557 communes repartis en population de la manière suivante ( ATTENTION POUR L’INSTANT UNIQUEMENT LES COMMUNES DE MINIMUM 1000 HABITANTS ):

(Pour suivre les variations de la population de la commune, cliquez sur le symbole a coté de la commune)

( Pour retrouver le site web de la commune et ses dernières nouvelles,cliquez sur le symbole « site web » a coté de la commune )

  • Agonac :    1 670(2012)  Habitants, code postal :  24460
  • Annesse-et-Beaulieu :  1 516(2012)  Habitants, code postal :  24430
  • Antonne-et-Trigonant :  1 240(2012)  Habitants, code postal :  24420
  • Atur :  1 790(2012)  Habitants, code postal :  24750
  • Bassillac :  1 828(2012)  Habitants, code postal :  24330
  • Beaumont-du-Périgord :  1 156(2012)  Habitants, code postal :  24440
  • Belvès :  1 480(2012)  Habitants, code postal :  24170
  • Bergerac :  28 492(2012)  Habitants, code postal :  24100
  • Boulazac :  6 897(2012)  Habitants, code postal :  24750
  • Brantôme :  2 186(2012)  Habitants, code postal :  24310
  • Le Bugue :  2 865(2012)  Habitants, code postal :  24260
  • Le Buisson-de-Cadouin : 2 199(2012)  Habitants, code postal :  24480
  • Carsac-Aillac :  1 521(2012)  Habitants, code postal :  24200
  • Cénac-et-Saint-Julien :    1 253(2012)  Habitants, code postal :  24250
  • Champcevinel :  2 662(2012)  Habitants, code postal :  24750
  • Chancelade :  4 368(2012)  Habitants, code postal :  24650
  • La Chapelle-Gonaguet :  1 079(2012)  Habitants, code postal :  24350
  • Château-L’Evêque :  2 084(2012)  Habitants, code postal :  24460
  • La Coquille :    1 382(2012)  Habitants, code postal :  24450
  • Coulounieix-Chamiers :  8 836(2012)  Habitants, code postal :  24660
  • Coursac :    1 868(2012)  Habitants, code postal :  24430
  • Cours-de-Pile :    1 487(2012)  Habitants, code postal :  24520
  • Le Coux-et-Bigaroque :  1 008(2012)  Habitants, code postal :  24220
  • Creysse :  1 902(2012)  Habitants, code postal :  24100
  • Domme :  1 007(2012)  Habitants, code postal :  24250
  • La Douze :  1 054(2012)  Habitants, code postal :  24330
  • Excideuil :  1 316(2012)  Habitants, code postal :  24160
  • Eymet :  2 648(2012)  Habitants, code postal :  24500
  • Le Fleix :  1 502(2012)  Habitants, code postal :  24130
  • La Force :  2 634(2012)  Habitants, code postal :  24130
  • Gardonne :    1 472(2012)  Habitants, code postal :  24680
  • Hautefort :    1 108(2012)  Habitants, code postal :  24390
  • Jumilhac-le-Grand :  1 284(2012)  Habitants, code postal :  24630
  • Lalinde :  3 029(2012)  Habitants, code postal :  24150
  • Lamonzie-Saint-Martin :    2 312(2012)  Habitants, code postal :  24680
  • Lamothe-Montravel :  1 292(2012)  Habitants, code postal :  24230
  • Lanouaille :  1 002(2012)  Habitants, code postal :  24270
  • Le Lardin-Saint-Lazare :  1 934(2012)  Habitants, code postal :  24570
  • Lembras :  1 236(2012)  Habitants, code postal :  24100
  • Mareuil-Sur-Belle :    1 162(2012)  Habitants, code postal :  24340
  • Marsac-sur-L’ Isle :  3 084(2012)  Habitants, code postal :  24430
  • Marsaneix :    1 064(2012)  Habitants, code postal :  24750
  • Maurens :  1 069(2012)  Habitants, code postal :  24140
  • Ménesplet :  1 673(2012)  Habitants, code postal :  24700
  • Mensignac :  1 477(2012)  Habitants, code postal :  24350
  • Monbazillac :  1 043(2012)  Habitants, code postal :  24240
  • Montcaret :  1 448(2012)  Habitants, code postal :  24230
  • Montignac :  2 929(2012)  Habitants, code postal :  24290
  • Montpon-Menesterol :  5 627(2012)  Habitants, code postal :  24700
  • Montrem :  1 248(2012)  Habitants, code postal :  24110
  • Mouleydier :    1 072(2012)  Habitants, code postal :  24520
  • Mussidan :  2 919(2012)  Habitants, code postal :  24400
  • Nantheuil-de-Thiviers :  1 058(2012)  Habitants, code postal :  24800
  • Neuvic-sur-l’ Isle :  3 740(2012)  Habitants, code postal :  24190
  • Nontron :    3 588(2012)  Habitants, code postal :  24300
  • Notre-Dame-de-Sanilhac :  3 115(2012)  Habitants, code postal :  24660
  • Payzac :  1 087(2012)  Habitants, code postal :  24270
  • Périgueux :  30 646(2012)  Habitants, code postal :  24000
  • Piégut-Pluviers :    1 260(2012)  Habitants, code postal :  24360
  • Le Pizou :  1 255(2012)  Habitants, code postal :  24700
  • Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt :  4 368(2012)  Habitants, code postal :  33220
  • Prigonrieux :  4 109(2012)  Habitants, code postal :  24130
  • Razac-sur-L’ Isle :  2 523(2012)  Habitants, code postal :  24430
  • Ribérac :    4 323(2012)  Habitants, code postal :  24600
  • La Roche-Chalais :  2 913(2012)  Habitants, code postal :  24490
  • Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac :    1 590(2012)  Habitants, code postal :  24580
  • Saint-Antoine-de-Breuilh :  2 136(2012)  Habitants, code postal :  24230
  • Saint-Astier :    5 583(2012)  Habitants, code postal :  24110
  • Saint-Aulaye :  1 385(2012)  Habitants, code postal :  24410
  • Saint-Cyprien :  1 630(2012)  Habitants, code postal :  24220
  • Saint-Front-de-Pradoux :  1 128(2012)  Habitants, code postal :  24400
  • Saint-Laurent-des-Hommes :  1 048(2012)  Habitants, code postal :  24400
  • Saint-Léon-sur-L’ Isle :  2 043(2012)  Habitants, code postal :  24110
  • Saint-Médard-de-Mussidan :  1 706(2012)  Habitants, code postal :  24400
  • Saint-Pardoux-la-Rivière :  1 190(2012)  Habitants, code postal :  24470
  • Saint-Pierre-d’ Eyraud :    1 685(2012)  Habitants, code postal :  24130
  • Salignac-Eyvigues :  1 200(2012)  Habitants, code postal :  24590
  • Sarlat-la-Canéda :  10 082(2012)  Habitants, code postal :  24200
  • Sarliac-sur-L’ Isle :  1 050(2012)  Habitants, code postal :  24420
  • Savignac-les-Eglises :  1 004(2012)  Habitants, code postal :  24420
  • Sigoulès :  1 011(2012)  Habitants, code postal :  24240
  • Siorac-en-Périgord :  1 038(2012)  Habitants, code postal :  24170
  • Sorges :  1 335(2012)  Habitants, code postal :  24420
  • Sourzac :  1 114(2012)  Habitants, code postal :  24400
  • Terrasson-Lavilledieu :  6 339(2012)  Habitants, code postal :  24120
  • Thenon :  1 310(2012)  Habitants, code postal :  24210
  • Thiviers :  3 335(2012)  Habitants, code postal :  24800
  • Tocane-Saint-Apre :  1 711(2012)  Habitants, code postal :  24350
  • Trélissac :  7 233(2012)  Habitants, code postal :  24750
  • Velines :    1 135(2012)  Habitants, code postal :  24230
  • Vergt :  1 754(2012)  Habitants, code postal :  24380

 

L’ Histoire de la Dordogne :

Antérieurement à la division territoriale de 1790, le département actuel de la Dordogne formait l’ancienne province du Périgord. Ce nom lui venait, à travers les modifications apportées par le temps et les variations du langage, des Petrocorii ou Pétrocoriens, tribu gauloise qui habitait la contrée quand les Romains y pénétrèrent.

Ici, comme ailleurs, les documents sur cette première période de notre histoire nationale sont rares et confus. L’origine celtique de ces ancêtres, l’exercice du culte druidique dans le pays, l’influence de ses ministres et l’existence d’une florissante capitale appelée Vesunna sont les principaux faits authentiques, incontestables, qui soient parvenus jusqu’à nous. Malgré le caractère essentiellement belliqueux des Gaulois en général, certains indices tendent à prouver que les Pétrocoriens n’étaient étrangers ni à l’industrie ni au commerce. Les scories qu’on rencontre assez fréquemment sur divers points du département permettent de supposer que les mines de fer, dont le sol est abondamment pourvu, étaient dès lors exploitées et leur produit travaillé dans des forges locales ; une inscription, trouvée sur le tombeau d’un certain Popilius, negotiator artis prosariae, nous révèle que l’art du tissage était connu et pratiqué ; on sait enfin que les Phocéens de Marseille venaient échanger les marchandises du Levant contre des fers, des lins et des étoffes en poil de chèvre.

La domination romaine fut établie dans le Périgord 63 ans avant l’arrivée de Jules César, et sans que cette conquête soit signalée dans l’histoire par aucune lutte sérieuse. C’est seulement après la défaite de Vercingétorix qu’un lieutenant de César est envoyé dans cette province pour y comprimer les élans patriotiques que la lutte héroïque des Arvernes avait réveillés, et à laquelle 5 000 Pétrocoriens avaient pris part. Le pays des Pétrocoriens était alors compris dans la Gaule celtique. Vers la fin du IVe siècle, il fut incorporé dans la seconde Aquitaine.

La révolte de Julius Vindex, dont la famille habitait le Périgord, révolte à laquelle les Pétrocoriens s’associèrent, est le fait capital qui se rattache le plus spécialement aux annales de la contrée. Le gouvernement romain y suivit ses différentes phases sans incidents notables. Dans les premiers temps, respect scrupuleux de la religion, des coutumes et du langage des vaincus ; envahissements successifs du paganisme et de la civilisation romaine pendant le IIe siècle ; apparition du christianisme, apporté, dit-on, dans le Périgord par saint Front, un des disciples du Christ ; dissolution des forces morales et matérielles de l’empire pendant les deux siècles suivants, et enfin au Ve révélation de son impuissance en face des invasions des barbares.

Le Périgord était compris dans les territoires dont les Wisigoths obtinrent l’occupation du faible Honorius.. On sait que ce prétendu accommodement, sur la valeur duquel cherchait à se faire illusion la vanité romaine, cachait une véritable prise de possession. Ce mensonge des mots tomba vite devant la réalité des choses, et l’empire wisigoth fut constitué. Les destinées du Périgord furent liées aux siennes jusqu’à la bataille de Vouillé, qui recula jusqu’aux Pyrénées les limites du royaume des Francs. L’espace était trop vaste, les races trop peu fondues, pour que la France de Clovis pût se constituer d’une façon durable. Ces partages de l’héritage royal, qui amenèrent de si déplorables déchirements, et contre lesquels se soulèvent les raisonnements de la critique moderne, étaient alors une nécessité des temps.

Sous le nom d’Aquitaine, l’empire wisigoth, qui avait ses limites naturelles et une espèce d’unité, cherchait fatalement à se reformer. La création des royaumes de Neustrie et d’Austrasie n’était qu’une satisfaction donnée à ces impérieux instincts ; et quand l’ambition des maires du palais voulut reprendre l’oeuvre de Clovis, la révolte des antipathies de race éclata dans la lutte acharnée que soutinrent les Aquitains pour leurs ducs héréditaires. Cette page de notre histoire appartenant plus spécialement aux annales des deux capitales de l’Aquitaine, Toulouse et Bordeaux, nous nous bornerons ici à en rappeler le souvenir, en constatant que le Périgord fit alors partie intégrante de ce grand-duché et fut mêlé à toutes les vicissitudes qui l’agitèrent.

L’invasion des Sarrasins, dont se compliquèrent les désastres de cette époque, a laissé dans le pays des traces sinistres que le temps n’a pas encore effacées. De nombreuses localités ont gardé des noms qui attestent le passage et la domination de ces farouches étrangers ; telles sont les communes des Sarrazis, de Maurens, de La Maure, de Montmoreau, de Fonmoure, de Mauriac, de Sarrasac et le puits du château de Beynac, désigné encore aujourd’hui sous le nom de puits des Sarrasins. La défaite des infidèles, la reconnaissance des populations et les sympathies du clergé furent les principaux titres qui valurent aux Carlovingiens la couronne de France.

Le héros de cette dynastie, Charlemagne, traversa le Périgord et y laissa des témoignages de son habile administration. Il fonda le prieuré de Trémolat et lui fit présent de la chemise de l’Enfant Jésus ; il dota le monastère de Sarlat d’un morceau de la vraie croix ; il y autorisa, en outre, la translation des reliques de saint Pardoux et de saint Sacerdos ; enfin plusieurs historiens lui attribuent la construction de l’église de Brantôme, gratifiée par lui, entre autres pieux trésors, des restes vénérés de saint Sicaire. Le Périgord fut alors gouverné, comme la plupart de nos provinces, par des comtes qui, dans la pensée de Charlemagne, devaient être des fonctionnaires amovibles, mais qui, sous ses successeurs, se rendirent indépendants et héréditaires.

Le premier fut Widbald ; il administra la contrée de 778 à 838. C’est sous le second de ses successeurs et pendant la durée du règne de Charles le Chauve que l’autorité des comtes se transforma en fief héréditaire. L’apparition des Normands, qui date aussi du milieu du XIe siècle, contribua beaucoup à l’établissement des grandes maisons féodales. C’est comme défenseur du pays que Wulgrin, déjà comte d’Angoulême, s’imposa au Périgord. C’était un vaillant guerrier, qui avait mérité le surnom de Taillefer pour avoir pourfendu d’un seul coup de son épée le casque et la cuirasse d’un chef normand.

Au milieu de l’enfantement de la société féodale, dans le chaos du Moyen Age où la force est le droit, Guillaume Wulgrin est un type assez complet de ces fondateurs de dynastie, rudes figures qui surgissent dans l’histoire bardées de fer, lance au poing et se taillant de petits États dans les dépouilles de la monarchie agonisante. A sa mort, ses deux fils se partagèrent ses domaines ; Guillaume, le cadet, eut le Périgord ; la ligne masculine de cette branche s’éteignit à la seconde génération, en 975, dans la personne d’Arnaud dit Bouratien, dont la soeur et unique héritière épousa le comte de la Marche (Hélie Ier) et apporta le Périgord en dot à son époux. Ce seigneur, souche de la seconde dynastie des comtes de Périgord, prit et laissa à ses descendants le surnom de Talleyrand, qu’illustra pendant quatre siècles cette puissante maison de Périgord. Son indépendance était presque absolue ; elle battait monnaie. C’est un Adalbert de Talleyrand-Périgord qui fit cette réponse devenue fameuse, et dans laquelle se résumait si bien la fierté féodale : « Qui t’a fait comte ? » lui demandait un jour Hugues Capet. « Qui t’a fait roi ? » lui répondit Adalbert. La seule puissance contre laquelle les comtes eussent parfois à lutter était celle des évêques. Ces démêlés se rattachant à l’histoire des villes épiscopales et n’ayant point eu d’ailleurs de sérieuse influence sur les destinées de la province, nous n’avons pas à nous en occuper ici.

Lorsque le mariage de Henri II avec Éléonore de Guyenne plaça le Périgord sous la domination anglaise comme relevant de l’ancien duché d’Aquitaine, les comtes de Périgord s’associèrent à tous les efforts qui furent alors tentés pour arracher le sol français au joug de l’étranger. La fortune ne favorisa point leur honorable résistance ; le pays fut occupé militairement, des garnisons ennemies furent placées dans les forteresses et châteaux, de nouvelles citadelles furent élevées ; mais le patriotisme périgourdin ne se découragea pas, et pendant cette longue et triste période, qui dura depuis Louis le Jeune jusqu’à Charles VII, si trop souvent le pays fut obligé de souffrir le pouvoir de l’Anglais, on peut dire à sa gloire qu’il ne l’accepta jamais.

L’historique des guerres de l’Angleterre et de la France n’entre pas dans le cadre de notre récit ; nous déterminerons seulement par quelques dates l’influence qu’elles exercèrent sur le sort de notre province. Le Périgord, conquis par Henri II Plantagenet, revint à la France en 1224, fut rendu à l’Angleterre en 1258, puis confisqué en 1294 par Philippe le Bel, restitué de nouveau à l’Angleterre en 1303, reconquis par Philippe de Valois, cédé encore une fois par le traité de Brétigny, repris par Charles V, remis sous l’autorité anglaise vers la fin du règne de Charles VI, et enfin acquis définitivement, réuni pour toujours à la couronne de France en 1454.

Dans l’intervalle de ces orages, nous avons à citer un voyage de saint Louis dans le Périgord. Ce prince, avant de partir pour sa seconde croisade, voulut aller s’agenouiller devant le suaire du Christ, précieuse relique sur l’authenticité de laquelle nous nous garderons bien de nous prononcer, conservée dans un monastère de bernardins à Cadouin. Saint Louis traversa le pays, accompagné des seigneurs de sa cour, et, voulant éviter Sarlat, à cause de la mésintelligence qui existait entre l’abbé et les consuls de la ville, il s’arrêta au château de Pelvezis. A la même époque se rattache une certaine extension des franchises municipales, signe précurseur de la chute de la féodalité.

L’état de la France s’était bien modifié sous le coup des dernières crises qu’elle venait de traverser. C’est à la monarchie surtout qu’avait profité cette lutte de deux siècles contre l’étranger, lutte pendant laquelle elle avait si souvent paru près de succomber. L’intelligence de Cette situation nouvelle semble avoir échappé aux comtes de Périgord, qui, se croyant encore au temps des Wulgrin et des Boson, affectaient envers la couronne une indépendance qui n’était plus de saison.

Archambaud V, dit le Vieux, qui vivait dans les dernières années du XIVe siècle, contesta au roi certains droits que la couronne revendiquait sur Périgueux et essaya .de soutenir ses prétentions par les armes ; un premier arrangement arrêta les hostilités ; mais quelque temps après le comte intraitable recommença la guerre. Il fut vaincu ; un arrêt de mort contre le coupable et de confiscation pour le comté avait été rendu ; le roi fit au seigneur rebelle grâce de la vie, ne conserva que Périgueux comme gage de sa victoire et abandonna au fils d’Archambaud tout le reste des domaines paternels.

Mais le fils se montra moins sage encore que son père. Il réclama avec menaces la ville dont il se croyait injustement dépouillé. Cette fois, il n’y eut même plus besoin d’une expédition militaire pour réduire l’incorrigible. Une tentative de rapt sur la fille d’un .bourgeois de Périgueux fit de lui un criminel vulgaire ; on instruisit son procès, et un arrêt du parlement, à la date du 19 juin 1399, le condamna au bannissement et à la confiscation de tous ses biens. En lui s’éteignit la puissance de cette antique famille, qui possédait le Périgord depuis l’an 866, et qui, de Wulgrin à Archambaud VI, comptait une succession de vingt-sept comtes.

Le roi Charles VI donna le comté de Périgord au duc d’Orléans, son oncle. Celui-ci le laissa à Charles, son fils, qui, étant prisonnier en Angleterre, le vendit en 1437 pour seize mille réaux d’or à Jean de Bretagne, comte de Penthièvre. Ce dernier eut pour héritier Guillaume, son frère, qui ne laissa que trois filles. L’aînée épousa Alain, sire d’Albret, dont le fils fut roi de Navarre, et la petite-fille de celui-ci apporta en dot le Périgord, avec ses autres États, à Antoine de Bourbon, qu’elle épousa et qui fut père de Henri IV. Le Périgord faisait donc partie des domaines de ce monarque lorsqu’il monta sur le trône, et il fut alors réuni à la couronne.

L’influence qu’exerçait dans la province la maison d’Albret y facilita les progrès de la réforme religieuse, surtout lorsque la reine Jeanne eut embrassé avec tant d’ardeur la foi nouvelle ; le Périgord devint un des théâtres de l’affreuse guerre qui déchira la patrie à cette époque. Peu de contrées furent éprouvées aussi cruellement. Sanctuaires violés, églises détruites, villes prises d’assaut, partout le sac, le pillage, l’incendie, les massacres, telle est l’oeuvre du fanatisme, tel est le tableau que nous ont laissé les historiens contemporains de cette lamentable période.

La paix eut beaucoup à faire pour cicatriser de pareilles blessures, elle fut, grâce au ciel, rarement troublée pendant les temps qui suivirent ; mais le repos donné par le despotisme ne régénère pas les populations ; l’espèce de sommeil léthargique dans lequel nous voyons le Périgord s’endormir de Henri IV à Louis XV, le silence qui se fait autour de la province pendant la durée de deux siècles ne sont point des indices de prospérité ; le salut devait venir d’ailleurs. Quelque indispensables, cependant, que fussent devenues des réformes réclamées par la monarchie elle-même, ce n’est pas sans une sorte de protestation qu’elles se firent jour sur ce vieux sol de la féodalité. Le Périgord avait do longue date ses états particuliers ou provinciaux ; c’était le sénéchal qui les convoquait en vertu de lettres patentes ; le comte et plus tard le gouverneur y occupaient le premier rang ; les quatre barons du Périgord, qui avaient le privilège de porter le nouvel évêque de Périgueux à son entrée dans la ville, Bourdeilles, Beynac Biron et Mareuil, prenaient place après l’ordre du clergé les maires et consuls marchaient à la tête du tiers état.

Lors de la convocation des derniers états, en mars 1788, M. de Flamarens, évêque de Périgueux, refusa de prêter le serment exigé, et le clergé fut obligé de se nommer un autre président. Cette inoffensive boutade n’entrava pas la marche des événements, et lorsque éclata la Révolution, le Périgord fut l’un des premiers à y adhérer. Il envoya à la Convention nationale les représentants du peuple Romme et Lakanal, mais, si les agitations politiques le troublèrent un moment, il dut à sa position, loin des frontières, d’être préservé des invasions que les fatales années de 1814, dé 1815, de 1870 et de 1871 déchaînèrent sur la France. Aussi ce département n’a-t-il cessé, depuis, de prospérer.

 ( source : http://www.france-pittoresque.com/)

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.